Rapport d'activités

2017

04 juillet 2018

L’année 2017 restera marquée, dans l’histoire de l’institut, par l’important élargissement de ses
activités et de ses équipes dans le champ de l’environnement. Le transfert en son sein des
activités et des personnels de l’Agence régionale de l’énergie (ARENE), de Natureparif, devenu
Agence régionale de la biodiversité, et de l’Observatoire régional des déchets d’Île-de-France
(ORDIF) a instauré un nouvel équilibre des expertises au sein de l’IAU Île-de-France. Désormais,
les experts de l’environnement – y compris le département historique, Département
environnement urbain et rural (Deur) – forment le tiers des ressources de l’institut, les experts
en urbanisme et transport le second tiers et les experts de l’économie et de la société le troisième
tiers. Les autres ressources de l’IAU, plus transversales, notamment l‘informatique, la
médiathèque, la communication et les départements d’appui concourent à la mise en oeuvre de
cette nouvelle donne.
C’est aussi une année durant laquelle l’institut a élargi de manière sensible ses partenariats dans
les territoires franciliens, en concluant des conventions avec chacun des quatre départements
de la grande couronne et avec plusieurs territoires et établissements publics de coopération
intercommunale (EPCI), dont la Métropole du Grand Paris (MGP), tout en poursuivant les
partenariats qui le lient à divers établissements et sociétés publics comme l’établissement public
foncier d’Île-de-France (EPFIF), l’établissement public d’aménagement universitaire de la région
Île-de-France (Epaurif), la Société du Grand Paris (SGP), et d’autres.
L’année 2017 aura également été une année de réflexions innovantes et de travaux tournés vers
l’innovation. Ainsi, le n° 174 des Cahiers de l’IAU consacré à la révolution numérique, « De la
smart city à la région intelligente » aura eu un vrai retentissement. Les productions relatives à
l’urbanisme transitoire, le travail mené conjointement avec l’Atelier parisien d’urbanisme (Apur)
pour montrer l’Île-de-France comme une « terre d’innovations », la réflexion sur l’économie
éphémère, ou celle sur les tiers lieux ou encore les « hauts lieux de la transition » témoignent
de cette quête des idées avancées.
Mais l’institut a su garder un lien avec l’actualité immédiate, en faisant preuve d’une grande
réactivité sur des dossiers tels que l’observation en temps réel des effets du projet de
piétonnisation de la voie sur berges rive droite à Paris, ou encore la réouverture du débat
institutionnel sur la métropole du Grand Paris. Sur ce dernier dossier, il a produit nombre de
cartes et de textes montrant l’unicité fonctionnelle de la métropole francilienne et la nécessité
d’en inclure toutes les composantes, y compris naturelles et rurales, dans le projet métropolitain.
Les chiffres de consultation des productions de l’IAU, cartes et études, se sont élevés en 2017
à 40 000 téléchargements de documents, montrant l’utilité publique de nos travaux. Les travaux
les plus demandés sont les cartes aussi bien statiques qu’interactives dites « Cartoviz », les
travaux sur l’urbanisme transitoire, la sécurité, le Grand Paris, les tiers lieux, les chiffres clés de
l’Île-de-France.

S’agissant des travaux partenariaux répondant plus directement aux attentes de la Région, l’IAU
est venu en appui aux travaux régionaux de mise en oeuvre du schéma régional de
développement économique, d’innovation et d’internationalisation (SRDEII), la préparation du
schéma régional de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (SRESRI), les
appels à projets et jurys des cent quartiers innovants et de l’urbanisme transitoire, le plan vert
régional, l’optimisation du foncier régional, le Grenelle régional de la précarité énergétique, les
assises de l’énergie, les plans régionaux déchets, anti-bouchons, fret, vélo, l’instruction des
documents d’urbanisme locaux, et bien d’autres. En lien avec le groupement d’intérêt public
Paris 2024, l’IAU a contribué à l’élaboration du dossier de candidature aux Jeux olympiques et
paralympiques.
L’IAU a travaillé sur de nombreux sujets pilotés par l’État ou intéressant l’État, notamment le
plan régional de santé et l’ensemble des travaux produits par l’Observatoire régional de santé
(ORS) à la demande de l’Agence régionale de santé (ARS), les travaux conduits avec la direction
régionale et interdépartementale de l’Environnement et de l’Énergie (DRIEE) sur le schéma
régional climat-air-énergie (SRCAE) et autres dossiers, les travaux sur les crues, la candidature
à l’organisation de l’exposition universelle, ou encore l’engagement, fin 2017, de travaux sur la
rénovation énergétique des bâtiments. Il a aussi, en partenariat, livré un ouvrage de référence
sur les conditions de logement.
Enfin, l’IAU îdF a participé au rayonnement international de l’Île-de-France par divers moyens. Il
a apporté son assistance technique à la Région pour les accords de coopération conclus avec
plusieurs métropoles en 2017, en l’occurrence Tunis, Alger, Casablanca et Beyrouth. Il a
poursuivi la réalisation d’importants contrats d’études pour le compte du ministère de l’urbanisme
marocain (schémas directeurs de Tanger et de Tétouan) et de la Région de Rabat (plan régional
de Rabat, achevé), pour le compte de la Wilaya d’Alger (schéma directeur) du Royaume d’Arabie
Saoudite (schéma d’aménagement du territoire), ainsi que diverses prestations en Mongolie
(étude d’un centre de formation), à Madagascar (création d’une agence d’urbanisme), en
Indonésie (faisabilité de trois écoquartiers), au Cambodge (termes de référence de
l’aménagement de trois centres historiques).

Fouad Awada
Directeur général de l'IAU