Les data centers en Île-de-France : le défi du développement de l’e-économie

Avril 2015

Attachée de presse

Sandrine Kocki

Fixe : 01 77 49 75 78

Port. : 06 07 05 92 20

Équipements indispensables au développement de l’économie numérique, les data centers souffrent parfois d’une mauvaise réputation car souvent peu esthétiques, énergivores, sources de nuisances de voisinage, peu générateurs d’emplois directs, etc. Pourtant, chaque citoyen en utilise quotidiennement les ressources.

Une croissance inexorable à anticiper

En 2014, on recensait environ 3 200 data centers dans le monde, 40 % pour les seuls États-Unis. La France, se situe au 4ème rang mondial (140 sites d’hébergement), derrière l’Angleterre, et l’Allemagne. L’Île-de-France accueille 1/3 des sites français, derrière Londres et Francfort.

En 2015, on estime que le volume de données disponible sur Internet représentera huit zettaoctets. Le volume de données sur Internet serait multiplié par six d’ici à 2020 du fait de la montée des besoins.

Un facteur d’opportunités

Avec la transformation numérique de l’économie, la présence de data centers est essentielle comme le sont les ports et les aéroports pour les marchandises. Ils constituent aussi un facteur de développement local : points de concentration des réseaux de télécommunication, ils contribuent à renforcer la connectivité numérique des
territoires où ils s’implantent. De plus, contrairement à ce que l’on pourrait croire, une certaine proximité est nécessaire avec les entreprises clientes, d’où un écosystème numérique de proximité propice à l’accompagnement des PME dans l’économie numérique.

Trois grandes zones de localisation

Leur localisation actuelle est concentrée sur le coeur de la métropole et particulièrement sur sa partie nord : Paris intra-muros, le secteur de la Défense et ses communes limitrophes et, le territoire de Plaine Commune, première concentration européenne en data centers. Mais l’implantation récente ou annoncée d’importantes
capacités par exemple à Vélizy, Vitry-sur-Seine, Magny-les-Hameaux et Lisses, confirme un déploiement vers le Sud.

Des équipements sensibles aux enjeux énergétiques

L’alimentation électrique est l’élément déterminant pour l’implantation d’un data center. La taille moyenne des data centers a décuplé en dix ans de 1 000 m2 à 10 000 m2 pour les installations les plus récentes. Un site de 9 000 m2 consomme environ 65 MW/an (mégawatts), soit l’équivalent d’une ville de 50 000 habitants.

Un défi régional à relever pour anticiper les besoins

  • Les data centers sont au coeur de la transformation numérique de l’économie et devraient représenter à eux seuls le quart de l’augmentation des besoins en énergie du Grand Paris, soit 1000 MW sur un total estimé entre 3 000 et 4 000 MW (+ 20 %), avoisinant les besoins d’une métropole d’un million d’habitants.
  • L’Île-de-France importe 90% de son électricité, il faut donc procéder à de profonds réaménagements du réseau pour répondre à cette demande présente et à venir.
  • Le réseau doit être mis à niveau, par la construction de nouveaux postes services (8 à 10 ans de travaux)
  • L’opérateur doit être en mesure de fournir sur un site de quelques milliers de m2, l’équivalent de la puissance consommée par une ville moyenne.
  • Mener un travail de concertation entre aménageurs et gestionnaires de réseaux pour identifier les sites d’accueil potentiels.
  • Des pistes de valorisation encore trop peu utilisées : reconversion d’anciens sites industriels, valorisation dans les réseaux de chaleur de proximité.

Pour en savoir plus