Cet article composera le n° 173 des « Cahiers de l'IAU » sur les défis alimentaires dont la parution est prévue au 4e trimestre 2016.

Voir les autres articles

Le diabète : où en est-on ?

Interview

20 septembre 2016Nathalie Doisy

Nathalie Doisy est responsable de la communication à la Fédération française des diabétiques.

Qu’est-ce que le diabète ?

N. D. Le diabète est une maladie chronique qui se caractérise par un excès de sucre dans le sang (hyperglycémie chronique), et donc un taux de glucose (glycémie) trop élevé. C’est un trouble de l’assimilation, de l’utilisation et du stockage des sucres apportés par l’alimentation. Le corps ne parvient plus à produire suffisamment d'insuline1 ou à l’utiliser de manière efficace. Le diabète ne se guérit pas, mais peut être traité et contrôlé.
Il existe deux types de diabète. Le diabète de type 1 (près de 10 % des personnes diabétiques) est une maladie auto-immune touchant souvent les sujets jeunes. Les cellules bêta du pancréas sont détruites, et le corps ne fabrique plus du tout d’insuline. Le seul traitement possible est l’apport d’insuline par injection ou pompe.
Dans le diabète de type 2 (plus de 90 % des cas) soit le pancréas fabrique toujours de l’insuline mais pas assez par rapport à la glycémie (insulinopénie), soit cette insuline agit mal (insulinorésistance). Il apparaît généralement à partir de 40 ans, et on constate un rajeunissement de la population malade. Une meilleure hygiène de vie, et un traitement oral ou injectable sont préconisés.

Quelles sont les causes et les complications possibles ?

N. D. Les causes sont multiples : l’hérédité (très importante dans le diabète de type 2) et l’environnement. Nos modes de vie actuels constituent des terreaux pour le développement du diabète. Avec des heures passées devant les écrans, peu de place laissée au sport, la sédentarité favorise le surpoids, et donc le diabète de type 2. Pratiquer une activité physique régulière permet de prévenir et de mieux gérer la maladie.
Une mauvaise alimentation ouvre aussi la voie au diabète : plats industriels (trop riches en graisses et sucres cachés), malbouffe, repas pris sur le pouce sans vrai équilibre nutritionnel sont autant de facteurs aggravants. Pour autant, il serait dangereux de verser dans les excès du « no sugar » (argument marketing à la mode) : une alimentation variée et équilibrée reste la meilleure recette !
Le diabète, mal contrôlé, peut s’accompagner de complications graves : cécité, atteinte des pieds, problèmes cardiaques et rénaux.

Quels sont les enjeux en France ?

N. D. Le diabète est un enjeu de santé publique et économique. 3,5 millions de personnes sont traitées (soit 5,3 % de la population) avec une progression de 2,9 % par an.
Selon la Fédération internationale du diabète, une augmentation de 55 % du nombre de diabétiques en France est prévue à l’horizon 2025.
Les chiffres sont éloquents : aujourd’hui, 700 000 personnes ignorent qu’elles en sont atteintes.
400 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque jour. 8 000 amputations sont liées au diabète chaque année. 18 milliards d’euros ont été dépensés en 2015 pour le diabète. Les départements-régions d’Outre-Mer (DROM) et les collectivités d’Outre-Mer (COM) ainsi que le Nord de la France sont les zones les plus touchées. Diabète et précarité sont souvent liés (le taux de prévalence en Seine-Saint-Denis est presque deux fois plus élevé qu’à Paris : respectivement 5,8 % et 3,2 %).

Comment mieux informer et soigner la population demain ?

N. D. La prévention et les avancées médicales sont les « armes » de demain. La journée mondiale du diabète et la semaine nationale de prévention sont des occasions, pour la Fédération française des diabétiques, d’alerter sur cette maladie, sur ses complications, et surtout sur la manière de la prévenir et d’enrayer ainsi cette épidémie silencieuse.
L’amélioration des dispositifs de contrôle, des outils de la santé connectée et le développement de technologies médicales innovantes (pancréas artificiel) sont porteurs d’espoirs prometteurs pour améliorer la qualité de vie des patients.

Propos recueillis par Laure de Biasi

 

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de la Fédération française des diabétiques : www.afd.asso.fr

1L’insuline est la principale hormone de régulation des substances énergétiques, dont les sucres.