Table ronde n° 1 - 4 décembre 2008

Des pistes pour un aménagement durable

Mireille Ferri, Vice-présidente du conseil régional d'Île-de-France, vice-présidente de l'IAU îdF, a rappelé, en préambule, la fragilité écologique du fleuve, la nécessité de concilier les usages de la voie d’eau et d’y conjuguer harmonieusement économie et environnement. Elle demande d’identifier clairement les effets des risques d’inondations en milieu urbain et de trouver des solutions innovantes pour les projets, en évitant de figer des espaces en zone inondable.

De gauche à droite :
Laure Fainzang, Ing-Bremond
Hélène Vicq, Communauté d’agglomération Plaine Commune
Fabrice Daly, Direction régionale de l’Environnement Ile-de-France
Anne Guillon, Conseil général des Hauts-de-Seine
Christian Fourrer, Ville de Mantes-la-Jolie
Photo : P. Thiot / IAU îdF

Connexions écologiques et connexions économiques : des marges de manœuvre étroites

L’Île-de-France est un carrefour essentiel pour la biodiversité, et la Seine un corridor biologique à une échelle qui dépasse le niveau régional. Il est indispensable de préserver les connexions naturelles, souvent coupées par l’urbanisation et par de nombreux ouvrages – portuaires et autres – qui perturbent les espèces. Des solutions mises en œuvre ailleurs (sur le Rhône notamment) pourraient être expérimentées et développées.
L’approvisionnement de l’Île-de-France se fait principalement par voie maritime. Une chaîne d’approvisionnement cohérente par la Seine est la plus respectueuse de l’environnement, mais le Port autonome de Paris insiste sur la nécessité d’améliorer les logistiques de petites distances et de développer les ports intermédiaires.

Cependant la question du maintien des conditions d’existence du corridor biologique Seine face à l’intensification du transport par voie fluviale reste entière.

Peut-on construire une ville durable au bord du fleuve ?

La Seine, « source de la métropole, fontaine du jardin francilien », traverse des espaces en permanente mutation : le territoire du fleuve est un secteur stratégique de grands projets urbains. Mais face aux risques d’inondations, l’agglomération centrale est plus vulnérable aujourd’hui : le niveau des « plus hautes eaux connues » y concerne 20 000 hectares, 700 000 habitants, 130 zones d’activités économiques,  1 460 équipements locaux, 50 lycées…

Des outils techniques et réglementaires permettent de mieux gérer les inondations, et de limiter leurs conséquences en contrôlant la construction sur les nouveaux sites. Dans les tissus urbains constitués, il faut envisager d’autres actions : sensibiliser les entreprises et les habitants en développant une véritable « culture du risque », diminuer la vulnérabilité des équipements (suivant l’exemple du département des Hauts-de-Seine).
Au-delà de la protection des biens et des personnes, cet objectif de diminution de la vulnérabilité vise à redémarrer l’ensemble des activités humaines le plus rapidement possible après une crue. Il conduit à repenser le développement et l’aménagement des territoires concernés, en s’appuyant sur des expériences françaises et européennes : l’idée de zones test est en train d’émerger en Île-de-France sur des sites particulièrement stratégiques et exposés. Des opérations d’aménagement urbain (Mantes-la-Jolie, l’Île-Saint-Denis) témoignent d’une nouvelle façon d’intégrer les dimensions du fleuve.
En conclusion, l’intérêt d’un lieu d’échanges et de propositions sur le fleuve pour une approche d’échelle régionale et supra-régionale a été souligné. Ces débats ont rappelé des questions difficiles qui doivent être approfondies lors des prochaines tables rondes.

Ressources

Programme

4 décembre 2008

Synthèse

11 pages

Diaporamas

Bernard Cauchetier
Lydia Mykolenko
Ludovic Faytre
Jean-Pierre Palisse
IAU îdF

Agence de l'eau Seine Normandie
Jean-Pierre Decroix

Compagnie nationale du Rhône
Guy Collilieux

Port autonome du Havre
Christian Feuvre

Monoprix
Catherine Rivoallon

Diren
Fabrice Daly

Conseil général 92
Anne Guillon

Ville de Mantes-la-Jolie
Christian Fourrer

Plaine Commune
Hélène Vicq

Intervenants

Mireille Ferri
Vice-présidente du conseil régional d'Île-de-France, vice-présidente de l’IAU île-de-France

François Dugeny
Directeur général de l'IAU île-de-France

Bernard Cauchetier, Ludovic Faytre, Lydia Mykolenko, Jean-Pierre Palisse
IAU île-de-France

Christian Feuvre
Port du Havre

Guy Collilieux
Compagnie nationale du Rhône

Jean-Pierre Decroix
Agence de l’eau Seine-Normandie

Catherine Rivoallon
Monoprix

Hélène Vicq
Communauté d’agglomération Plaine Commune

Laure Fainzang
Ing-Bremond

Fabrice Daly
Direction régionale de l’Environnement Île-de-France

Anne Guillon
Conseil général des Hauts-de-Seine

Christian Fourrer
Ville de Mantes-la-Jolie

Bernard Bensoussan
Animateur de la table ronde