Centres hospitaliers et déplacements

Accessibilité, attraction et desserte

30 décembre 2009ContactJérôme Bertrand

Les établissements hospitaliers répondent à des missions fondamentales de santé publique. Pour notre société, il est donc indispensable que l’accès à leurs services de soins soit possible et facilité pour l’ensemble de la population.

Des besoins spécifiques de desserte

Même si les flux engendrés par les hôpitaux peuvent être comparés à ceux d’autres établissements structurants tels que les musées ou les universités, ils restent néanmoins nettement plus faibles que ceux liés aux grands centres commerciaux.
Les hôpitaux sont fréquentés par des publics variés, qu’il s’agisse du personnel (à horaires fixes ou variables), des patients (en consultation ou en hospitalisation), ou des visiteurs (accompagnement ou visite d'un patient, livraisons ou commerciaux). Cette diversité de catégories d’usagers entraîne de fait des besoins spécifiques de desserte et appelle des réponses différenciées selon les publics.

Des capacités de stationnement à optimiser

L’analyse des pratiques de mobilité de l’ensemble des usagers des hôpitaux montre que la voiture particulière est le moyen d’accès incontournable et privilégié par la majorité des publics. Cette préférence modale provoque des problèmes de saturation du stationnement car, généralement, les hôpitaux n’ont pas encore appliqué une gestion différenciée de leur capacité de stationnement, pouvant leur apporter une meilleure optimisation des espaces dédiés au stationnement. Par ailleurs, la desserte en transport collectif des centres hospitaliers reste essentielle pour les personnes non motorisées. Cependant les périodes de forte fréquentation de ces équipements sont inhabituelles pour les services de transport. En effet, l'hyper-pointe a lieu entre 13 h 30 et 15 h et le personnel soignant de l'après-midi cesse son activité aux environs de 21 h. Il serait alors envisageable d’étudier un renforcement ou une adaptation horaire des services de bus desservant ces établissements.

Repenser le parcours de prise en charge du patient

Toutes ces actions, ainsi que d’autres mesures complémentaires, à l’image du covoiturage ou du développement de l’information auprès des voyageurs, peuvent être portées par l’administration des centres hospitaliers en partenariat avec les collectivités du bassin de santé de proximité, le Stif et les opérateurs de transport. Le contexte y est favorable puisque les établissements hospitaliers prévoient des projets immobiliers importants afin de faire face aux évolutions de leurs activités médicales. Ces projets, qui impactent le plus souvent les emprises foncières occupées par le stationnement, peuvent susciter de véritables opportunités pour repenser le parcours complet de prise en charge du patient (du domicile au service de soins, du suivi au retour à domicile), mais aussi l’intégration urbaine de ces équipements. Les questions de desserte, qui ne sont pas une priorité aujourd’hui, pourront alors devenir une préoccupation majeure pour les responsables de site hospitalier.

Ressources

Le choix modal privilégiant la voiture est le fait de diverses raisons : horaires décalés,  multi-activité des médecins, situation géographique de l’hôpital excentrée ou mal desservie…© D. Nguyen-Luong, IAU îdF
Le choix modal privilégiant la voiture est le fait de diverses raisons : horaires décalés, multi-activité des médecins, situation géographique de l’hôpital excentrée ou mal desservie…
© D. Nguyen-Luong, IAU îdF
En moyenne, les transports en commun sont empruntés par seulement 12% du personnel, en France. L’arrêt « Hôpital Avicenne » de la ligne du tramway T1 (Saint-Denis – Noisy-le-Sec). © M. Morlot, IAU îdF
En moyenne, les transports en commun sont empruntés par seulement 12 % du personnel, en France.
L’arrêt « Hôpital Avicenne » de la ligne du tramway T1 (Saint-Denis – Noisy-le-Sec). © M. Morlot, IAU îdF
Localisation dans l’espace régional des établissements hospitaliers étudiés © IAU îdF
Localisation dans l’espace régional des établissements hospitaliers étudiés © IAU îdF
© IAU îdF