Coupes et découpes territoriales. Quelle réalité du bassin de vie ?

Les Cahiers n° 172

15 septembre 2015Contact

En quelques décennies, notre monde a fondamentalement changé. Dans un double mouvement de globalisation et de métropolisation, notre société est devenue urbaine et, pour une part, extrêmement mobile et connectée ; nos modes de vie s’en trouvent bouleversés et nos territoires transformés. Le besoin de proximité, voire d’ancrage, en est un corollaire, pris en charge dans le champ politique par la décentralisation.
Si la question des découpages territoriaux est essentielle, ne serait-ce que d’un point de vue démocratique, elle est désormais dépendante de la coopération et de la complémentarité entre les territoires. Une région capitale de 12 millions d’habitants ne fonctionne pas au quotidien par magie mais grâce à la mise en œuvre de politiques publiques et de dynamiques privées, pilotées et coordonnées à différentes échelles. C’est ce qui fait sa richesse et sa complexité.

Comment concilier action publique et attentes citoyennes ?

La réforme territoriale est un processus au long cours qui dessine progressivement la silhouette institutionnelle francilienne de demain. Plus qu’un acte de décentralisation au sens strict, une nouvelle règle du jeu se prépare où les questions d’articulation et de capacité de négociation sont aussi importantes que les périmètres des collectivités. L’État, revendiquant la simplification, la rationalisation et la mutualisation, répond à la question de la bonne échelle en tentant d’élargir la maille de l’action publique : spécialisation des différents niveaux, agrandissement et renforcement des régions et des intercommunalités. La discussion et la mise en œuvre sont autant d’occasions d’adaptation : la commune et le département se repositionnent comme relais des attentes des citoyens, et plus largement de la société civile, comme appariteurs entre les injonctions d’efficacité et de cohérence venant du « haut » et « les réalités » du terrain. Mais avec cette possible répartition des rôles c’est la concordance entre représentation démocratique, pouvoir fiscal et capacité d’action qui est plus que jamais questionnée.
L’IAU îdF souhaite s’inscrire dans ce débat complexe et passionnant pour tenter modestement de le décoder grâce au croisement de points de vue différents et d’analyses thématiques, sociétales et territoriales.
La forme des Cahiers évolue également pour s’adapter au contexte. Articles en ligne au quotidien, organisation de débats, accès à des informations complémentaires permettent de faire partager les savoirs et les interrogations que de telles transformations suscitent.

Voir les articles extraits de ce numéro publiés sur le web

Télécharger

Ressources