Démocratisation de l'enseignement supérieur et lutte contre l'abandon des études supérieures à l'université

30 octobre 2012ContactCorinne de Berny Riche

Le conseil régional a lancé en 2012 un dispositif portant sur la démocratisation de l’enseignement supérieur. En parallèle, il a confié à l’IAU Île-de-France une étude centrée sur le décrochage à l’université.

Les universités ont largement participé à la massification de l’enseignement supérieur

La démocratisation quantitative des diplômes de l’enseignement supérieur est réelle, mais s’accompagne d’une augmentation des écarts sociaux de recrutement des différentes filières. L’université a largement participé à la massification de l’enseignement supérieur. Elle se trouve confrontée à un public hétérogène, et à un fort taux d’abandon des étudiants inscrits en licence. Ses causes et ses processus ont été décrits par plusieurs recherches universitaires.

Un accompagnement des étudiants « décrocheurs » qui exige des universités franciliennes des réponses diversifiées

Depuis le plan Réussite en licence de 2007, et parfois antérieurement, les universités franciliennes se mobilisent pour accompagner leurs étudiants vers la réussite. La prévention des abandons fait partie de leurs objectifs. Mais sa mise en œuvre est encore disparate, et les effets semblent limités. Des actions innovantes sont expérimentées, en particulier celles initiées par le Fonds d’expérimentation pour la jeunesse en 2009.  Les enquêtes réalisées auprès des étudiants et des responsables de formation montrent qu’une forte majorité des sortants de licence se réoriente dans d’autres établissements. D’autres arbitrent en faveur d’une entrée en emploi. Mais certains se retrouvent sans aucun statut et en désinsertion sociale. Les profils des décrocheurs appellent donc des réponses diversifiées, au sein mais aussi en dehors de l’université.

Ressources

Les statistiques disponibles attestent de la démocratisation « quantitative » de l’enseignement supérieur. En France en 2010, 65,5 % des jeunes d’une génération obtiennent le baccalauréat, contre à peine 30 % en 1985. © Doutre (Caroline) IAU
Les statistiques disponibles attestent de la démocratisation « quantitative » de l’enseignement supérieur. En France en 2010, 65,5 % des jeunes d’une génération obtiennent le baccalauréat, contre à peine 30 % en 1985.
© Doutre (Caroline) IAU îdF, BaSoH
Le recours aux dispositifs d’aide à la réussite des étudiants de première année à l’université Paris-Est-Créteil Source : Observatoire étudiant, Evaluation des formations par les étudiants, UPEC, septembre 2010
Le recours aux dispositifs d’aide à la réussite des étudiants de première année à l’université Paris-Est-Créteil
Source : Observatoire étudiant, Evaluation des formations par les étudiants, UPEC, septembre 2010
Réussite et interruption d’études parmi les inscrits de 1999 Source : DEP-SISE
Réussite et interruption d’études parmi les inscrits de 1999
Source : DEP-SISE