Deux jeunes entreprises franciliennes sur trois passent le cap des trois ans

Note rapide Économie, n° 558

11 juillet 2011ContactMartine Delassus, CRCI Paris-Île-de-France, David Vicart, CRCI Paris-Île-de-France, Olivier Satger, Insee, Jean-Wilfrid Berthelot, Insee Île-de-France, Lisa Barutel, Carine Camors

En 2009, malgré la crise, 63 % des entreprises franciliennes survivaient après trois ans d’activité. Le profil du créateur, ainsi que les caractéristiques du projet, dont le département d'implantation et le secteur d’activité, influent sur la survie de l'entreprise. Les secteurs les plus fragiles sont le commerce et la construction.

Ressources

Dans les secteurs de la construction et du commerce, les nouvelles entreprises survivent beaucoup moins bien en Île-de-France qu'en province.
Dans les secteurs de la construction et du commerce, les nouvelles entreprises survivent beaucoup moins bien en Île-de-France qu'en province.
© Pattacini (Jean-Claude), IAU îdF
Moins de la moitié des entreprises perdurent en Seine-Saint-Denis, plus de 70 % dans les Yvelines
Moins de la moitié des entreprises perdurent en Seine-Saint-Denis, plus de 70 % dans les Yvelines
Insee, Sine 2006 interrogations 2006 et 2009, champ : créations pures