Enquête « victimation & sentiment d’insécurité en Île-de-France » de 2011

Les premiers résultats

10 janvier 2012ContactHélène Heurtel

Début 2011, les Franciliens s’expriment pour la sixième fois sur l’insécurité à laquelle ils sont confrontés. Cette enquête, reconduite tous les deux ans depuis 2001, vise à mesurer le sentiment d’insécurité et les atteintes dont ils sont victimes et à en suivre les évolutions au fil du temps. Elle complète ainsi les statistiques officielles de la délinquance enregistrée par les services de police et de gendarmerie nationale et constituent une aide précieuse pour la conduite des politiques régionales de sécurité.
Les analyses issues de cette dernière enquête mettent en évidence un certain nombre d’éléments.
Notamment, concernant les problèmes d’emploi, il apparaît que si l'insécurité sociale (pauvreté et chômage) inquiète toujours beaucoup les Franciliens (76,9 % des enquêtés citent l'une ou l'autre), la priorité est dorénavant accordée au chômage (46,4 % le mettent en tête contre 30,5 % pour la pauvreté).
Par ailleurs, une rupture dans l’évolution des indicateurs relatifs au sentiment d’insécurité des Franciliens ressort : la préoccupation « sécuritaire » remonte en effet à 18,0 % en 2011 et les peurs personnelles à 51,6 %. Le sentiment d'insécurité touche ainsi, au total, 57,5 % des Franciliens interrogés, sans toutefois retrouver son niveau de 2001. Cette année-là, la peur touchait 53,8 % des enquêtés et la délinquance figurait en tête des problèmes sociaux dont devait s'occuper en priorité le gouvernement (citée par 39,2 % des enquêtés).
Les chiffres concernant l’évolution des victimations continuent quant à eux leur tendance à la baisse : la proportion de victimes d’atteintes personnelles (vol ou agression) ou visant le ménage (vols et dégradations/destructions concernant un véhicule ainsi que les cambriolages) est descendue à 43,0 %. Ce taux a perdu près de dix points par rapport à la situation de 2001.

Ressources

Les agressions tout venant restent avant tout une victimation d’espaces publics. © Fussler (Nicolas), IAU îdF
Les agressions tout venant restent avant tout une victimation d’espaces publics.
© Fussler (Nicolas), IAU îdF
L’évolution du sentiment d'insécurité entre 2001 et 2011 Sources : IAU îdF – enquêtes « victimation & sentiment d’insécurité en Île-de-France » de 2001, 2003, 2005, 2007, 2009 et 2011.
L’enquête de 2011 confirme la baisse des victimations.
Proportion d'enquêtés victimes au moins une fois en trois ans d'atteintes personnelles Sources : IAU îdF – enquêtes « victimation & sentiment d’insécurité en Île-de-France » de 2001, 2003, 2005, 2007, 2009 et 2011
La préoccupation « sécuritaire » est repartie à la hausse
La préoccupation « sécuritaire » est repartie à la hausse
L’évolution du sentiment d'insécurité entre 2001 et 2011 Sources : IAU îdF – enquêtes « victimation & sentiment d’insécurité en Île-de-France » de 2001, 2003, 2005, 2007, 2009 et 2011.

Études apparentées