Helsinki, entre ville-nature et living lab city

Note rapide Économie, n° 513

29 juillet 2010ContactOdile Soulard, Laurent Perrin

Dans une série de monographies regroupées sous le titre générique de Science Cities, l’IAU îdF s’attache à comprendre comment les campus s’insèrent, physiquement, dans leur quartier et, économiquement, dans l’écosystème industriel de leur métropole. Le cas d’Helsinki en constitue le premier volet.

La société finlandaise dispose d'atouts intrinsèques pour constituer un milieu innovant : grande ouverture aux technologies ; simplicité et pragmatisme dans la résolution des problèmes ; travail concerté par étapes, recherche du consensus, sens de l'autocritique ; climat de confiance lié à la taille limitée du marché et aux modes de travail non hiérarchiques ou informels ; même ouverture vis-à-vis de l'Occident (Europe) et de l’Orient (Russie et pays baltes).

Ressources

Centre culturel de Tapiola à Espoo.
Centre culturel de Tapiola à Espoo.
© Odile Soulard, IAU îdF
Bâtiment de l’université Taik à Arabianranta.
Bâtiment de l’université Taik à Arabianranta.
© Odile Soulard, IAU îdF
La stratégie d’innovation « T3» promue par la ville d’Espoo tire parti de l’arrivée prochaine du métro d’Helsinki © openstreetmap.org, traitement IAU îdF
La stratégie d’innovation « T3» promue par la ville d’Espoo tire parti de l’arrivée prochaine du métro d’Helsinki
© openstreetmap.org, traitement IAU îdF

Études apparentées