Horizon 2030 : le coeur de l'agglomération résiste mieux au vieillissement

Note rapide Société, n° 599

16 juillet 2012ContactKévin de Biasi (Insee Île-de-France), Philippe Louchart

En 2030, la part des 60 ans ou plus dans la population variera peu d'un département à l'autre, beaucoup moins qu'aujourd'hui. La taille des ménages baissera plus rapidement en grande couronne qu'au cœur de l'agglomération entre 2007 et 2030. Partout, la croissance du nombre de ménages sera majoritairement due aux seniors.

Si les tendances démographiques récentes se maintenaient, la population de chacun des huit départements franciliens augmenterait à l'horizon 2030. Les croissances démographiques de la petite et de la grande couronne s'effectueraient à des rythmes comparables (respectivement 0,44 % et 0,47 % par an en moyenne). En revanche, le nombre de Parisiens augmenterait moins vite selon ce scénario tendanciel (+ 0,11 % par an).

Ressources

En 2030, les Yvelines compteraient plus d’inactifs potentiels (moins de 20 ans et 60 ans ou plus) que d’actifs potentiels (20-60 ans). Vue de la terrasse Le Nôtre Saint-Germain-en-Laye (78) © Pattacini (Jean-Claude), IAU îdF
En 2030, les Yvelines compteraient plus d’inactifs potentiels (moins de 20 ans et 60 ans ou plus) que d’actifs potentiels (20-60 ans).
Vue de la terrasse Le Nôtre Saint-Germain-en-Laye (78) © Pattacini (Jean-Claude), IAU îdF
La Seine-Saint-Denis serait particulièrement peu touchée par le vieillissement. En 2030, ses habitants auraient en moyenne 37,2 ans contre 39,3 ans pour l’ensemble des Franciliens. Rue piétonne à Saint-Denis (93) © Loudier (Céline), IAU îdF
La Seine-Saint-Denis serait particulièrement peu touchée par le vieillissement. En 2030, ses habitants auraient en moyenne 37,2 ans contre 39,3 ans pour l’ensemble des Franciliens.
Rue piétonne à Saint-Denis (93) © Loudier (Céline), IAU îdF