La demi-pension dans les lycées publics d'Île-de-France

Vers une politique tarifaire régionale modulée selon le quotient familial

22 août 2011ContactCorinne de Berny Riche, Estelle Kesseler

Depuis 1996, la région Île-de-France apporte une aide à la demi-pension des lycéens, et depuis 2006, elle est responsable de l’encadrement des tarifs appliqués. Une réflexion a été alors engagée pour préparer la mise en œuvre d’une politique de tarification unique en fonction d’un quotient familial.

Permettre à la moitié des demi-pensionnaires de bénéficier d'un tarif réduit

Afin d’étayer ces réflexions, l’IAU île-de-France s’est engagé dans une triple démarche : l’exploitation des sources disponibles concernant les revenus des lycéens, l’analyse des politiques menées dans les départements franciliens et dans d’autres régions et l’analyse des taux de fréquentation de la demi-pension. En principe, le barème préconisé par la Région devrait permettre à près de la moitié des demi-pensionnaires de bénéficier d’un tarif réduit. L’analyse des quotients familiaux fiscaux des jeunes en âge d’être scolarisés au lycée indique qu’entre 10 et 20 % des lycéens devraient bénéficier du tarif le plus avantageux, et un peu plus de la moitié relèveraient de la tranche de tarif la plus élevée.

Des inégalités d'accès à la restauration scolaire

En pratique, les observations réalisées dans les lycées montrent que la proportion d’élèves aidés (21 %) est inférieure à celle attendue (plus de 40 %). Deux raisons contribuent à expliquer cet écart : la prise en compte des autres aides de l’État dans l’établissement des factures et les difficultés d’information des familles. Cependant, des facteurs sociaux sont également en cause. La probabilité de déjeuner au restaurant scolaire est ainsi deux fois plus faible pour les enfants de parents inactifs ou ouvriers que pour les enfants de cadres et professions intellectuelles. Le retard scolaire, la formation suivie, l’activité des parents et le nombre d’enfants scolarisés au sein des familles pèsent également.

Ressources

Initiée en 1996, l’aide régionale à la demi-pension a pour objet de pallier les difficultés financières que peuvent rencontrer les familles de lycéens. © Degremont (Cécile), IAU îdF
Initiée en 1996, l’aide régionale à la demi-pension a pour objet de pallier les difficultés financières que peuvent rencontrer les familles de lycéens.
© Degremont (Cécile), IAU îdF
À la rentrée 2010, les 469 lycées publics franciliens ont accueilli 388 500 élèves, dont 238 500 utilisent les services de restauration. © Degremont (Cécile), IAU îdF
À la rentrée 2010, les 469 lycées publics franciliens ont accueilli 388 500 élèves, dont 238 500 utilisent les services de restauration.
© Degremont (Cécile), IAU îdF
Trois sources ont été utilisées pour estimer les ressources des familles de lycéens : l’Enquête nationale sur le logement, le fichier des revenus fiscaux localisés et le fichier des allocataires des Caisses d’allocations familiales. © Degremont
Trois sources ont été utilisées pour estimer les ressources des familles de lycéens : l’Enquête nationale sur le logement, le fichier des revenus fiscaux localisés et le fichier des allocataires des Caisses d’allocations familiales.
© Degremont (Cécile), IAU îdF