La high-tech francilienne, plus spécialisée, plus tertiaire, plus concentrée

Note rapide sur l'économie, n° 350

20 février 2004ContactAnne-Marie Roméra, Thierry Petit

Avec près de 700 000 salariés, l'Île-de-France occupe une place prépondérante dans la haute technologie française. Très polarisées, ces activités se localisent essentiellement au cœur et dans un rayon sud-ouest de l'agglomération. Portées par la montée des fonctions abstraites et grâce à une impulsion marquée des services, notamment dans l'informatique et les télécommunications, elles se sont renforcées jusqu'en 2000. Aujourd'hui, cette croissance semble toutefois marquer le pas : les observations récentes montrent un ralentissement de leur développement et surtout une réduction de la base industrielle. Au-delà des effets conjoncturels, n'y a-t-il pas dans cet affaiblissement un signe de fragilisation ?

Ressources

alt 340
Parmi les activités les plus dynamiques, les services informatiques figurent en première place.
Siège social de Hewlett-Packard, Issy-les-Moulineaux (92) © ABRON (Claude) IAU îdF ; AMPHIPRION
alt 340
Le centre d’études nucléaires à Saclay.
© GUIGNARD (Philippe) IAU îdF ; Région Ile-de-France ; LA-DOCUMENTATION-FRANCAISE