La mobilité des ménages accélère le changement social en Île-de-France

Note rapide Société, n° 559

21 juillet 2011ContactMartine Berger, Université Paris 1, Laboratoire Ladyss

Les déménagements des Franciliens à l’intérieur de la région, leurs départs vers la province et les entrées de personnes venant du reste de l’Hexagone ou de l’étranger accentuent les contrastes sociaux dans l’espace francilien et renforcent l’implantation des cadres au centre et à l’ouest de la région.
La proportion de ménages dont la personne de référence est cadre est près de 2,5 fois plus élevée en Île-de-France qu’en province. Ces ménages représentent plus d’un ménage francilien sur cinq. À l’inverse, en Île-de-France, un ménage sur huit seulement est un ménage d’ouvrier.

Ressources

Les différences de prix du foncier et de l’immobilier, dans un contexte de forte hausse, orientent de plus en plus les destinations des migrants, contribuant à accentuer les contrastes sociaux. Quartier de la Montagne Sainte Geneviève (75) © Lecroar
Les différences de prix du foncier et de l’immobilier, dans un contexte de forte hausse, orientent de plus en plus les destinations des migrants, contribuant à accentuer les contrastes sociaux.
Quartier de la Montagne Sainte Geneviève (75) © Lecroart (Paul), IAU îdF
Les déménagements du centre vers une commune plus périphérique sont toujours les plus fréquents pour toutes les catégories d’actifs, y compris les cadres, et pour les retraités.. Bords de Seine à Corbeil-Essonnes (91) © Guillouet (Jean-Jacques)
Les déménagements du centre vers une commune plus périphérique sont toujours les plus fréquents pour toutes les catégories d’actifs, y compris les cadres, et pour les retraités.
Bords de Seine à Corbeil-Essonnes (91) © Guillouet (Jean-Jacques), IAU îdF