La recherche privée en Île-de-France

État des lieux, enjeux et tendances récentes

31 janvier 2005ContactFabrice Rigaux (Crocis), Odile Soulard

La région Île-de-France, pôle d'excellence d'envergure européenne et mondiale

La recherche-développement et l'innovation jouent un rôle déterminant dans la croissance d'une économie fondée sur la connaissance. La présence de laboratoires de recherche ou de centres d'expérimentation témoigne d'une capacité de création et d'innovation indispensable à la compétitivité d'une région.

Par sa concentration de moyens humains et financiers et par ses performances technologiques, la région Ile-de-France est, de loin, la première région française pour la recherche-développement privée.

Elle se positionne comme un pôle d'excellence d'envergure européenne et mondiale : en 2000, 42,8 % des effectifs de recherche privée français travaillaient en Île-de-France et 46,3 % des chercheurs y étaient localisés. Les dépenses intérieures de R&D des entreprises franciliennes représentaient 47,7 % de la DIRDE française et 2,3 % du PIB régional.

Après l’Île-de-France, seules trois régions ont une densité proche de la moyenne nationale : Rhône-Alpes (17,6 %), Midi-Pyrénées (17,2 %) et la Franche-Comté (12,3 %).

L'Île-de-France représentait, en 2001, 6,2 % de l'activité de recherche technologique dans l'Union européenne, mesurée par le dépôt de brevet européen, et 2,6 % des brevets européens dans le monde.

Il ne s'agit pas ici de dissocier recherche privée et recherche publique mais d'apporter un éclairage plus spécifique sur la R&D privée.

Les auteurs du rapport analysent les ressources et les performances de l'Île-de-France en matière de recherche privée, au vu des statistiques régionales disponibles. Ils tentent d'évaluer le potentiel global de la R&D en Île-de-France, la dynamique des entreprises sur la base des indicateurs d'effectifs de recherche, de dépenses intérieures, et de dépôts de brevets européens.

La spécialisation de l'Île-de-France est considérée par rapport aux autres régions françaises et étrangères notamment dans des domaines d'excellence : l'industrie agroalimentaire, les sciences du vivant, les biotechnologies industrielles et l'environnement.  

Ressources

Laboratoire de recherche OIN Danone à Massy (91)
Laboratoire de recherche OIN Danone à Massy (91)
© Claude Abron, IAU îdF
L’Île-de-France pèse 2,5 fois plus que la moyenne nationale en nombre de chercheurs (34,2 %).
Le poids de la recherche privée francilienne reste supérieur à celui de la recherche publique (42,8 % contre 37,5 %). L’Île-de-France pèse 2,5 fois plus que la moyenne nationale en nombre de chercheurs (34,2 %).
Sources : MESR, MJENR-DEP C3 © IAU îdF
En 2001, l’Île-de-France se classe en première position, tous domaines confondus, des grandes régions technologiques européennes, avec 6,2 % des dépôts de brevets européens.
En 2001, l’Île-de-France se classe en première position, tous domaines confondus, des grandes régions technologiques européennes, avec 6,2 % des dépôts de brevets européens.
Source : OST © IAU îdF