La situation du logement dans six pays d'Europe

Allemagne, Espagne, France, Italie, Pays-Bas, Royaume-Uni

31 octobre 2007ContactAndré Massot

L'IAU île-de-France a conduit une étude comparative sur la situation du logement dans six pays d'Europe. Les données sont présentées, le plus souvent, à l’échelon national mais le cas des villes capitales est systématiquement présenté.

Première constatation : les six pays étudiés, qui connaissent ou connaîtront une stagnation puis un déclin démographique, ont encore d’importants besoins en logements neufs pour répondre à la demande des ménages dont le nombre est actuellement en nette augmentation.

Toutefois la construction est assez basse, sauf en Espagne et accessoirement aux Pays-Bas. 

Deux raisons à cela, une offre foncière peu adaptée et le choix de constructions neuves destinées aux accédants à la propriété, au détriment du logement social et du locatif privé.

Pour cette raison, les jeunes Espagnols, Britanniques et Italiens ont plus de mal qu’en France à trouver un logement. L’étude souligne que dans tous les pays développés, 15 à 20 % du patrimoine des résidences principales devraient relever du secteur locatif social ou privé à loyers encadrés afin de répondre à la demande des jeunes et à celle des ménages qui ne seront jamais propriétaires.

Au-delà des constantes observées dans chacun des pays étudiés, quelques différences sont relevées :

L’Italie et l’Espagne souffrent d’un manque aigu de logements locatifs à loyers abordables, notamment pour les jeunes. 

Le Royaume-Uni joue la carte du logement social mais, en même temps, celle de l’accession à la propriété. Or, celle-ci très coûteuse a contribué à écarter les classes moyennes et à relancer le secteur locatif privé. En France, le parc de logements est important et la construction a augmenté dans les dernières années. Les statuts d’occupation (propriétaire occupant, location sociale, location privée) sont et resteront diversifiés. Toutefois, les déséquilibres locaux persistent, notamment dans l’agglomération francilienne et sur la Côte d’Azur.

L’Allemagne, pays le plus peuplé avec 83,532 millions d’habitants, présente une situation originale : les logements y sont très nombreux (trop, peut-être) surtout dans l’ancienne Allemagne de l’Est. Les prix sont stables, les loyers évoluent peu ; l’accession à la propriété, pourtant encouragée par les pouvoirs publics, est fortement concurrencée par une offre locative privée abondante et à loyers tempérés.

Ressources

Aux Pays-Bas, la construction de 1960 à 1970 est majoritairement constituée d’appartements,  alors que dans les années récentes, les livraisons de maisons individuelles sont dominantes.
Aux Pays-Bas, la construction de 1960 à 1970 est majoritairement constituée d’appartements, alors que dans les années récentes, les livraisons de maisons individuelles sont dominantes.
Amsterdam © Brigitte Guigou, IAU îdF
En Angleterre, la propriété occupante regroupe 71 % des  ménages. La possibilité aux locataires de logements sociaux d’en devenir propriétaires à des tarifs préférentiels (« right to buy ») a joué dans ce sens.
En Angleterre, la propriété occupante regroupe 71 % des ménages. La possibilité aux locataires de logements sociaux d’en devenir propriétaires à des tarifs préférentiels (« right to buy ») a joué dans ce sens.
© Victor Said, IAU îdF
La construction relève majoritairement du secteur privé et de l’accession à la propriété.
La construction relève majoritairement du secteur privé et de l’accession à la propriété.