Le logement des ménages immigrés à travers l’enquête Logement de 2006

Note rapide Habitat, n° 481

15 juillet 2009ContactSandrine Beaufils

Les ménages immigrés, plus modestes que la moyenne des ménages, se caractérisent par des conditions de logement moins favorables. Cette situation est aggravée par la pénurie de logements bon marché. Elle résulte aussi de contraintes ou de choix, comme aider sa famille ou faire construire au pays.

Un ménage immigré est un ménage dont la personne de référence est née étrangère et à l’étranger, quelle que soit sa nationalité actuelle. En Île-de-France, 885 000 ménages sont dans cette situation en janvier 2006, selon l’enquête Logement. Ils étaient 866 000 en 2002. Ils représentent 18 % des ménages franciliens, proportion stable depuis 2002, et plus de deux fois supérieure à la moyenne nationale (8,9 %). Ces ménages sont composés de ménages d’origine maghrébine (30 %), européenne (28 %) et d’Afrique subsaharienne (17 %). Les 24 % restants représentent l’éventail des autres origines.

Ressources

En 2006, 34 % des ménages immigrés vivent dans un logement surpeuplé.© Guigou (Brigitte), IAU îdF
En 2006, 34 % des ménages immigrés vivent dans un logement surpeuplé.
© Guigou (Brigitte), IAU îdF
Un ménage immigré sur trois est propriétaire de son logement en Île-de-France, contre un sur deux parmi les ménages non-immigrés.© Pattacini (Jean-Claude) IAU îdF, Urba Images
Un ménage immigré sur trois est propriétaire de son logement en Île-de-France, contre un sur deux parmi les ménages non-immigrés.
© Pattacini (Jean-Claude), IAU îdF, Urba Images