Le parc HLM francilien renforce sa fonction sociale

Note rapide Habitat, n° 565

12 septembre 2011ContactSandra Beer, Aorif

Le parc HLM est avant tout destiné aux familles modestes. Ces dernières attendent cependant plus longtemps le logement adapté à leur taille. Depuis vingt ans, ce parc a perdu une partie de sa fonction d’étape dans le parcours résidentiel, et devient un parc d’installation durable.
Au 1er janvier 2006, 22 % des ménages franciliens occupent un logement dans le parc locatif HLM : sur les 4 829 000 résidences principales recensées dans la région, près de 1 070 000 relèvent de ce secteur. S’il est présent dans la moitié des 1 300 communes de la région, le parc social est cependant relativement concentré : 146 communes rassemblent près de 700 000 logements et affichent chacune entre 25 % et 68 % de logements sociaux sur leur territoire.

Ressources

Plus les familles ont d’enfants, plus elles habitent dans le parc social : on n’y rencontre que 26 % des familles qui ont un ou deux enfants, contre 47 % de celles qui en ont au moins quatre. Saint-Ouen (93) © Albe-Tersiguel (Séverine), IAU îdF
Plus les familles ont d’enfants, plus elles habitent dans le parc social : on n’y rencontre que 26 % des familles qui ont un ou deux enfants, contre 47 % de celles qui en ont au moins quatre.
Saint-Ouen (93) © Albe-Tersiguel (Séverine), IAU îdF
La durée moyenne d’occupation est ainsi passée de 11,6 ans en 1999 à 12,9 ans en 2006, et se rapproche progressivement de celle en propriété (16,4 ans en 2006). Ormesson-sur-Marne (94) © Raoux (Bruno), IAU îdF
La durée moyenne d’occupation dans le parc social est passée de 11,6 ans en 1999 à 12,9 ans en 2006, et se rapproche progressivement de celle en propriété (16,4 ans en 2006).
Ormesson-sur-Marne (94) © Raoux (Bruno), IAU îdF