Le parc social francilien, un parc d’installation de plus en plus durable

Note rapide Habitat, n° 505

23 mai 2010ContactJean-Jacques Guillouet, Philippe Pauquet

Depuis 1999, la mobilité résidentielle des familles modestes vivant dans le parc social avec de jeunes enfants devient plus difficile. Faute d’offre nouvelle suffisante, la mise en place des nouveaux dispositifs d’attribution de la loi sur le Droit au logement opposable risque d’aggraver cette situation.

Selon le dernier recensement de 2006, 34,5 % des 4 829 000 ménages du parc principal francilien ont changé de logement récemment (depuis moins de quatre ans), 18,9 % sont installés depuis quatre à moins de huit ans, et 46,6 % vivent depuis huit ans ou plus dans le même logement.

Ressources

Les logements occupés en propriété ou ceux du parc locatif social sont plutôt recherchés pour des installations durables par des ménages plus âgés, à la recherche d’un « deuxième logement ». © Pancher (Anoushka), IAU îdF
Les logements occupés en propriété ou ceux du parc locatif social sont plutôt recherchés pour des installations durables par des ménages plus âgés, à la recherche d’un « deuxième logement ».
© Pancher (Anoushka), IAU îdF
Le peuplement dans le parc social francilien au 1er janvier 2006Les ménages avec un ou plusieurs enfants (dont le plus jeune a moins de 24 ans)Source : Insee, recensement 2006 (exploitation complémentaire)
Le peuplement dans le parc social francilien au 1er janvier 2006. Les ménages avec un ou plusieurs enfants (dont le plus jeune a moins de 24 ans)
Source : Insee, recensement 2006 (exploitation complémentaire)

Études apparentées