Le partage de véhicules : un marché francilien en expansion

Note rapide Mobilité, n° 699

17 septembre 2015ContactFrédérique Prédali

Le partage automobile, ou autopartage, gagne du terrain et bouscule les offres de location traditionnelle. Cette activité, démarrée à Paris en 1999 par la société Caisse Commune, est aujourd’hui reconnue grâce à l’essor d’Autolib’ : un service promu par la ville de Paris sur le modèle du Vélib’, et soutenu par la région Île-de-France. les opérateurs d’autopartage présents à l’intérieur du périmètre Autolib’ rétrécissent leur offre en attendant des places sur la voirie, et tentent de diversifier leurs modèles économiques. Le marché est loin d’être figé, quelques nouveaux entrants font leur apparition sur le territoire régional. Qui sont-ils ? Comment se positionnent-ils ?
L’autopartage est un service novateur qui consiste en la mise à disposition d’un véhicule pour des emprunts inférieurs à 24 heures, sans en subir les contraintes liées à sa possession. Avec une économie sur les coûts de possession, d’entretien, d’usage et d’assurance, une réduction des véhicules en circulation, de l’engorgement urbain et des émissions de CO2, ce secteur connaît un essor certain grâce aux technologies de l’information.

Ressources

Le marché de l’autopartage francilien : typologie des opérateurs et des services
Le marché de l’autopartage francilien : typologie des opérateurs et des services
© IAU îdF
L’autopartage en Île-de-France en 2014
L’autopartage en Île-de-France en 2014
© IAU îdF

Voir aussi

Consulter la rubrique « Mobilité et transports »