Le travail des étudiants d’après l’enquête « Conditions de vie » 2006

Note rapide Société, n° 487

24 septembre 2009ContactCorinne de Berny Riche

L’exercice d’activités rémunérées par les étudiants est plus courant en Île-de-France que dans les autres régions. Ceux qui travaillent beaucoup gagnent en autonomie, mais le temps qu’ils consacrent à leurs activités professionnelles pèse sur la réussite de leurs études.

La Mission d’information sur la pauvreté et l’exclusion sociale en Île-de-France (Mipes), a mis en place, en avril 2008, un groupe de réflexion sur la question des étudiants pauvres. L’IAU îdF y a contribué en apportant, à partir des enquêtes de l’Observatoire national de la vie étudiante (Ove), un éclairage particulier sur les conditions de vie des étudiants. Parmi les situations analysées, figure celle des étudiants qui exercent des activités rémunérées.

Ressources

58 % des étudiants franciliens ont déclaré avoir eu une activité rémunérée en 2006 (42 % dans les autres régions).
58 % des étudiants franciliens ont déclaré avoir eu une activité rémunérée en 2006 (42 % dans les autres régions).
Doutre (Caroline), BaSoH, IAU îdF
Liens entre activité rémunéré, assiduité au cours, travail personnel et réussite aux examens.
Liens entre activité rémunéré, assiduité au cours, travail personnel et réussite aux examens.
Enquête "Conditions de vie des étudiants 2006", Ove

Études apparentées