L’emploi du temps des actifs franciliens et leurs moyens de transport

18 mars 2010ContactAlexia Prétari, Jeremy Courel, Jean-Raymond Fradin

Réalisée à partir des données de l'Enquête Globale Transports en Île-de-France de 2000/2001, la présente étude a pour objet les modes principaux de déplacements des actifs franciliens en relation avec leurs programmes d'activités.

Au moment où deux enquêtes récentes vont bientôt permettre d'accéder à des données récentes : l'enquête nationale de transports 2008 et l'enquête globale de transports en Ile de France 2009/2010 ; les analyses présentées dans ce rapport pourront être prochainement reprises en vue d'établir des comparaisons propres à caractériser les évolutions de comportements des individus au cours de la dernière décennie.

Pourquoi limiter l'étude aux seuls actifs ?

Pour au moins trois raisons :

  • ils représentent d'abord les individus les plus mobiles, aussi bien en nombre de déplacements quotidiens qu'en distance parcourue ;
  • ils sont ensuite soumis, dans leurs trajets, aux contraintes les plus fortes d'horaires et de localisation ;
  • ils exercent enfin une influence prédominante sur les programmes d'activités des autres membres de leur ménage et sur le choix du lieu d'habitat.

De l'analyse de leur comportement, en interaction avec leurs proches, on sera donc en mesure de tirer, sur la base de cet échantillon restreint, des enseignements plus généraux sur « l'empreinte spatiale et modale » de leur mobilité.

Les méthodes statistiques utilisées ont pour objectif de mettre en évidence les liens entre comportements de mobilité, choix modaux et programmes d'activités, de manière à dégager une typologie pertinente des actifs au regard de leurs habitudes de déplacements. En reprenant ensuite cette analyse à partir de données récentes il sera alors possible de mieux apprécier les évolutions de ces habitudes au cours du temps.

Ressources

37,3 % des actifs utilisent les transports collectifs, 50,2 % la voiture particulière, 8,3 % la marche à pied et 4,2 % les autres modes (dont les deux-roues).© Pattacini (Jean-Claude) IAU îdF, Urba images
37,3 % des actifs utilisent les transports collectifs, 50,2 % la voiture particulière, 8,3 % la marche à pied et 4,2 % les autres modes (dont les deux-roues).
© Pattacini (Jean-Claude) IAU îdF, Urba images
Plus le nombre d’activités augmente et plus les actifs ont recours aux modes individuels. © Pattacini (Jean-Claude) IAU îdF, Urba images
Plus le nombre d’activités augmente et plus les actifs ont recours aux modes individuels.
© Pattacini (Jean-Claude) IAU îdF, Urba images
Le travail est une activité structurante de la mobilité des actifs franciliens occupés du fait de la forte contrainte temporelle et spatiale qu’il exerce sur eux. © Abron (Claude) IAU îdF, Amphiprion
Le travail est une activité structurante de la mobilité des actifs franciliens occupés du fait de la forte contrainte temporelle et spatiale qu’il exerce sur eux.
© Abron (Claude) IAU îdF, Amphiprion