Les aspects sociaux du système éducatif en Île-de-France

30 novembre 2007ContactCorinne de Berny Riche, Brigitte Guigou

L'Île-de-France : une région de forts contrastes

L'Île-de-France enregistre des performances scolaires équivalentes, voire inférieures aux autres régions, alors qu'elle est socialement plus favorisée. Ces faibles performances peuvent s'expliquer notamment par des conditions de scolarisation moins favorables : établissements de grande taille, fort turn-over des enseignants, fortes disparités inter-établissements dans la composition sociale des publics et les résultats atteints.

Les politiques destinées à réduire les inégalités dans le système éducatif

Outre l'Éducation nationale, de nombreux partenaires développent des politiques publiques pour encourager la réussite de tous les élèves : collectivités territoriales, ministère de la Jeunesse et des Sports, milieux associatifs, parents d'élèves...

La notion de projet éducatif local et les moyens supplémentaires accordés aux établissements pour prendre en charge les difficultés scolaires se diffusent, mais restent disparates. Cela illustre les incertitudes qui caractérisent encore le "traitement" de l'échec scolaire.

Trois tendances semblent ressortir des évolutions observées 

  • L'extension progressive des dispositifs à tous les niveaux de l'enseignement, de l'école primaire à l'université ; 
  • L'autonomie croissante accordée aux établissements dans la prise en charge des élèves ;
  • La montée en charge des actions menées par les collectivités territoriales.

La situation particulière de l'Ile-de-France reste difficile à établir. On connaît mal l'importance des besoins dans la région. Au demeurant, les études disponibles mettent surtout l'accent sur la diversité locale des résultats. Enfin, la gestion des ressources humaines, la formation des personnels et le pilotage local des politiques ressortent comme vecteurs possibles de progrès.

Ressources

La démocratisation quantitative incontestable de la formation initiale, marquée par la hausse de la durée de scolarisation des jeunes générations, n’a pas résolu la question des inégalités.
La démocratisation quantitative incontestable de la formation initiale, marquée par la hausse de la durée de scolarisation des jeunes générations, n’a pas résolu la question des inégalités.
© Cecile Degremont, IAU îdF
À la problématique de l’accès aux différents niveaux de formation s’est ajoutée progressivement celle de la réussite scolaire.
À la problématique de l’accès aux différents niveaux de formation s’est ajoutée progressivement celle de la réussite scolaire.
© Caroline Doutre, IAU îdF
Dispositifs d'éducation prioritaire en Île-de-France.
Dispositifs d'éducation prioritaire en Île-de-France.
Sources : Visiaurif Habitat et Ville IAU îdF, ministère de l'Éducation