Les cahiers de l'Enquête Globale de Transport (EGT) n° 7

Les déplacements pour achats

30 juin 2006ContactJeremy Courel, Carole Delaporte

Des habitudes et des modes de consommation qui évoluent

  • Les femmes se déplacent toujours beaucoup plus pour les achats que les hommes, mais leur mobilité a beaucoup diminué ;
  • On note une forte mobilité pour achats des plus âgés, celle des plus de 65 ans augmentant sensiblement ;
  • Les Franciliens se déplacent moins souvent pour leurs achats qu’auparavant (les achats hebdomadaires ou bi-hebdomadaires dépassent les achats quotidiens). Parallèlement, ils fréquentent une gamme très large de catégories de magasins :
    • davantage les petits commerces pour les achats quotidiens,
    • majoritairement les grandes surfaces (le supermarché dépasse l’hypermarché) pour les achats hebdo et bi-hebdo ;
  • Les déplacements se font encore majoritairement à partir du domicile, mais ils se font de plus en plus dans une chaîne de déplacements.

La consommation à proximité du domicile tient une place importante

  •  Plus de la moitié des déplacements pour achats se fait à l’intérieur de la commune de résidence et quatre sur cinq dans le département de résidence ;
  • Conséquence probable du renouveau de l’attractivité des centres-villes, les déplacements intra-communaux se sont légèrement accrus entre 1991 et 2001.

 On note des différences entre départements en matière de mobilité pour achats, de modes de consommation et de capacité des départements à retenir leurs résidants :

  • Les Parisiens sont les plus mobiles, les Seine-et-Marnais le sont moins ;
  • Les habitants de petite couronne et surtout les Parisiens effectuent davantage de déplacements pour achats quotidiens que les habitants de grande couronne ;
  • L’évasion commerciale est sensiblement plus élevée dans les Hauts-de-Seine et en Seine-Saint-Denis et nettement plus faible dans les départements de seconde couronne ;
  • Paris et les Yvelines sont les deux départements les plus attractifs pour les achats ;
  • Les déplacements les plus significatifs hors du département de résidence se concentrent vers les grands centres commerciaux régionaux pour la banlieue, ils sont davantage dispersés vers Paris.

Ressources

Les déplacements pour achats représentent 16 % de l’ensemble des déplacements (4e place) tandis qu’en fin de semaine (samedi et dimanche) cette part s’élève à 27 % faisant des achats le deuxième motif le plus fréquent pour les déplacements,
Les déplacements pour achats représentent 16 % de l’ensemble des déplacements (4e place) tandis qu’en fin de semaine (samedi et dimanche) cette part s’élève à 27 % faisant des achats le deuxième motif le plus fréquent pour les déplacements, après les loisirs (47 %).
Lieu d'achat des Franciliens résidant en grande couronne. Entre 78 % et 94 % des déplacements pour achats ont pour destination un lieu d’achats situé dans le département de résidence de la personne interrogée.
Lieu d'achat des Franciliens résidant en grande couronne. Entre 78 % et 94 % des déplacements pour achats ont pour destination un lieu d’achats situé dans le département de résidence de la personne interrogée.
Avec 860 000 déplacements réalisés par des ménages n’habitant pas Paris, la capitale est de loin le département le plus attractif pour les achats. Les Yvelines arrive en seconde position du fait de l’attractivité exercée sur ses deux voisins :
Avec 860 000 déplacements réalisés par des ménages n’habitant pas Paris, la capitale est de loin le département le plus attractif pour les achats. Les Yvelines arrive en seconde position du fait de l’attractivité exercée sur ses deux voisins : les Hauts-de-Seine et le Val-d’Oise.