Les Franciliens et la culture

Note rapide Population et modes de vie, n° 410

15 février 2006ContactSéverine Albe-Tersiguel, Alban Dinin

L’Île-de-France offre une large palette d’activités culturelles, diversifiées et de grande qualité, très appréciées des Franciliens. Ceux qui s’y adonnent ont un profil socio-démographique bien précis, plus parisien que francilien, citadin, plutôt jeune, diplômé et bien rémunéré. Ces précisions expliquent le niveau élevé, bien qu’inégal, de leurs pratiques culturelles. Leurs motivations viennent souvent d’un goût certain pour l’art, de la curiosité, ou simplement du besoin de se distraire. Si presque tous regardent la télévision, le cinéma, la lecture et la visite de monuments sont aussi largement pratiqués. L’opéra, le cirque et les activités d’amateurs rencontrent moins de succès. L’accès à la culture n’est cependant pas toujours facile et suppose quelques exigences : du temps libre, la proximité des lieux de pratique, des moyens financiers, mais aussi une éducation ou une sensibilisation.

Ressources

alt 374
Trois Franciliens sur quatre ont déclaré avoir lu au moins un livre au cours des douze mois ayant précédé l’enquête.
© BENICHOU (Michel) IAU îdF
alt 374
Les pratiques culturelles dépendent aussi d’un certain nombre de facteurs comme l’âge, le niveau d’études et, lié à ce dernier, le niveau de revenu.
© ELBERS (Johan) Région Ile-de-France