Les logements sociaux intermédiaires

Groupe bailleurs de l’Observatoire du logement social. Rapport d’activité 2010

06 février 2011ContactHélène Joinet

Dans le cadre de l’Observatoire du logement social (OLS), l’IAU île-de-France anime avec l’appui de l’Union sociale pour l’habitat d’Île-de-France (Aorif) et de la Direction régionale et interdépartementale de l’hébergement et du logement (Drihl) un groupe de travail qui réunit les membres de l’OLS et une dizaine de bailleurs sociaux.

Le parc social intermédiaire : une réponse à la pénurie de logements pour les classes moyennes ?

En 2010, ce groupe de travail (groupe bailleurs) s’est intéressé à la question des logements sociaux intermédiaires. Partant du constat que les difficultés de logement affectent également les « classes moyennes », bloquées dans leurs projets d’accession ou de simple mobilité, le développement du parc social intermédiaire (via les prêts locatifs sociaux PLS) est souvent présenté comme une solution adaptée. Il est également conçu comme un moyen d’insuffler de la mixité sociale dans les secteurs déjà fortement dotés en logements sociaux.
Qu’en est-il réellement ?
Le groupe bailleurs a été l’occasion d’en savoir plus et de confronter les stratégies et points de vue sur le parc social intermédiaire qui représente 7 % des logements sociaux franciliens en 2009  (PLI, PLS et assimilés).
Les données statistiques mobilisées, comme les témoignages des bailleurs, ont notamment confirmé :

  • un « glissement d’usage », les logements intermédiaires étant souvent attribués et occupés par des ménages qui se situent plutôt, de par leurs revenus, dans les plafonds du logement social classique PLUS, voire PLAI ;
  • la concurrence exercée par l’accession à la propriété ;
  • le rôle du PLS dans l’équilibre des opérations et la diversification des patrimoines ;
  • la nécessité d’une commercialisation spécifique pour drainer une clientèle qui ne figure pas dans les fichiers de demandeurs de logements sociaux ;
  • une exigence renforcée en matière de localisation (un produit principalement adapté au centre de l’agglomération) et de typologie (chers, les grands logements  deviennent vite difficiles à attribuer).

Ressources

Pour un organisme HLM, le parc intermédiaire est une façon de diversifier son patrimoine et de couvrir toute la palette des produits du logement social. © Guillouet (Jean-Jacques) IAU îdF
Pour un organisme HLM, le parc intermédiaire est une façon de diversifier son patrimoine et de couvrir toute la palette des produits du logement social.
© Guillouet (Jean-Jacques) IAU îdF
Les grands logements PLI sont synonymes de niveaux de loyers élevés qui entraînent parfois une rotation plus élevée voir des problèmes d’attribution. © Guillouet (Jean-Jacques) IAU îdF
Les grands logements PLI sont synonymes de niveaux de loyers élevés qui entraînent parfois une rotation plus élevée voir des problèmes d’attribution.
© Guillouet (Jean-Jacques) IAU îdF
Plus de 20 % du patrimoine de paris habitat est composé de logements intermédiaires anciens (ILN, PLI…). © Guillouet (Jean-Jacques) IAU îdF
Plus de 20 % du patrimoine de Paris Habitat est composé de logements intermédiaires anciens (ILN, PLI…).
© Guillouet (Jean-Jacques) IAU îdF

Études apparentées