Les personnes âgées face à l’insécurité

Note rapide Société, n° 493

29 novembre 2009ContactHélène Heurtel, Tanguy Le Goff

Si, au regard de l’ensemble de la population française, les Franciliens sont « jeunes », la part des personnes âgées n’est pas négligeable : 12 % ont 65 ans et plus. On mesure là toute l’importance de s’intéresser aux spécificités de cette catégorie de la population, notamment en matière d’insécurité.

Les enquêtes « victimation et sentiment d’insécurité en Île-de-France », conduites par l’IAU île-de-France depuis 2001, apportent de précieux éclairages sur la façon dont les personnes âgées appréhendent l’insécurité, sur les risques réels encourus, les lieux de victimation et les stratégies mises en place pour se prémunir. Elles font par ailleurs ressortir de fortes inégalités en matière d’insécurité...

Ressources

Leur sécurité, ou tout au moins leur sentiment d’être en sécurité, dans leur quartier, constitue une autre facette centrale de la question du vieillir chez soi. © Pattacini (Jean-Claude) IAU îdF, Urba images
Leur sécurité, ou tout au moins leur sentiment d’être en sécurité, dans leur quartier, constitue une autre facette centrale de la question du vieillir chez soi.
© Pattacini (Jean-Claude) IAU îdF, Urba images
94 % des personnes âgées trouvent leur quartier agréable à vivre. Plus elles vieillissent, moins elles ont envie de déménager. © Degremont (Cécile), IAU îdF
94 % des personnes âgées trouvent leur quartier agréable à vivre. Plus elles vieillissent, moins elles ont envie de déménager.
© Degremont (Cécile), IAU îdF