Les pratiques de loisirs des Franciliens en Île-de-France

Note rapide Population et modes de vie, n° 351

29 février 2004ContactHélène Sallet-Lavorel, Claire Peuvergne

II fait bon vivre en Île-de-France. Du moins, c'est ce que déclarent plus de trois Franciliens sur quatre. Les habitants de la région capitale estiment notamment être privilégiés en matière d'offre de loisirs. Si la pratique sportive et la vie associative les attirent davantage qu'auparavant, ils consacrent plus volontiers leur temps libre à des activités liées à leur domicile : lecture, télévision, surf sur le web, bricolage ou jardinage... En effet, selon eux, les loisirs correspondent avant tout au repos et au farniente. Mais, au juste, que font les Franciliens quand « ils ne font rien » ?

Ressources

Les loisirs servent  « à se cultiver, à apprendre ». Cette définition est surtout évoquée par les plus âgés, les Parisiens et un peu plus par les femmes que par les hommes.
Les loisirs servent « à se cultiver, à apprendre ». Cette définition est surtout évoquée par les plus âgés, les Parisiens et un peu plus par les femmes que par les hommes.
© IAU îdF
Fréquence de la pratique des activités
Fréquence de la pratique des activités
Fréquence des sorties en Île-de-France
Fréquence des sorties en Île-de-France