Les pressions foncières en milieu agricole et naturel au regard du SDRIF

Note rapide sur le bilan du SDRIF, n° 304 (n° 11)

04 septembre 2002ContactAgnès Charousset

Entre 1994 et 1999, l'Île-de-France s'est développée en partie au détriment de l'espace rural et agricole, à un rythme toutefois inférieur aux périodes antérieures. Le SDRIF préconise le maintien de l'équilibre entre zone urbaine et naturelle. L'étude des pressions foncières, réalisée dans le cadre du partenariat entre la SAFER d'Île-de-France et l'IAURIF, permet de définir les processus de valorisation foncière et les transformations des espaces agricoles et naturels. Ces constats posent la question du rôle du SDRIF. S'il a bien pour objet d'organiser l'urbanisation comment peut-il réorienter les tendances spontanées du marché ?

Ressources

alt 302
Le premier enjeu concerne la pérennité de la vocation agricole et naturelle des espaces.
© LACOUCHIE (Aurélie) IAU îdF
alt 302
En 1999, sur les 3 700 déclarations d’intention d’aliéner (DIA), 2 530 (soit 68 %) pourraient se détourner de l’usage agricole au profit d’un usage urbain.
© LACOUCHIE (Aurélie) IAU îdF