Les taxis londoniens

29 mars 2009ContactFrédérique Prédali, Julia Boulenouar, Indira Sivasoubramaniane

L’offre dans le Grand Londres

Sur le périmètre du Grand Londres, l’offre se répartit entre les taxis ou black cabs, emblématiques du paysage londonien et les véhicules de remise dits mini cabs ou private hire vehicles. Les véhicules de taxis sont environ de 22 000, tandis que les mini cabs atteignent près de 50 000 véhicules.
Les deux activités sont autorisées à travailler sur le périmètre du Grand Londres, les chauffeurs de taxis exercent plutôt dans la partie centrale et à l'aéroport d'Heathrow (en raison des licences valables dans la partie centrale ou dans les secteurs périphériques), tandis que les mini cabs se concentrent principalement dans les zones résidentielles à la périphérie du Grand Londres, Outer London.
Le nombre de taxis rapporté à la population est comparable à Paris. Ramené à la superficie, le nombre de taxis est bien inférieur dans le Grand Londres qu’à Paris.
Les chauffeurs de taxis ont en très grande majorité le statut de travailleur indépendant. Ils peuvent choisir de s’affilier à un central radio moyennant une cotisation. Quant aux chauffeurs de mini cabs, ils travaillent en majorité pour des très petites entreprises.

TfL, autorité organisatrice des transports

Les deux activités sont réglementées par Transport for London, l’autorité organisatrice des transports du Grand Londres. Le PCO, Public Carriage Office, qui dépendait du Metropolitan Police depuis 1850, est depuis 2000 le département de TfL responsable de la délivrance des licences pour les taxis et pour les mini cabs et de leur réglementation.
Cette organisation a l’avantage d’associer les activités taxi et mini cab aux problématiques globales des transports du Grand Londres. Ce système de gestion permet aussi d’uniformiser l’activité taxi et remise par une réglementation très similaire, par exemple en harmonisant les durées de validité des licences.

Les licences

Il existe plusieurs types de licences délivrées par le PCO :

  • les chauffeurs doivent obtenir une licence « chauffeur » différente selon qu’il s’agit d’un chauffeur de taxi (limite géographique) ou de mini cabs ;
  • le véhicule doit être certifié par une licence « véhicule », différente pour les taxis et les mini cabs ;
  • les entreprises de mini cabs doivent obtenir une licence « d’exploitation » qui varie selon la taille de l’entreprise.

Ces licences ont des conditions d’obtention, des durées de validité et des périmètres de validité variables.
Bien qu’elles soient réglementées, les activités de taxis et de remise ne sont soumises à aucun quota de licences ni à aucune réglementation du temps de travail. La réglementation des taxis et des mini cabs et de leurs chauffeurs par le biais des licences vise avant tout à assurer la sécurité des passagers et à garantir une plus grande transparence du marché.

Les tarifs des courses

Le PCO est aussi chargé de fixer après consultation des fédérations, les tarifs des courses en taxi. La grille tarifaire est élaborée sur la base d’une combinaison du moment de la journée et de la semaine, de la distance parcourue et de la vitesse du véhicule. Trois types de tarifs ont été introduits en 2002 pour encourager les chauffeurs à travailler la nuit et ainsi répondre à la pénurie d’offre. De leurs côtés, les entreprises de mini cabs fixent librement les tarifs des courses sans contrôle ou avis de TfL.

Ressources

L’offre de  taxis pour le Grand Londres est de 9,4 véhicules pour 1 000 hab et 44,5 véhicules au km² (ÎDF : 2,8 véhicules pour 1 000 hab et 2,7 véhicules au km²)
L’offre de taxis pour le Grand Londres est de 9,4 véhicules pour 1 000 hab et 44,5 véhicules au km² (ÎDF : 2,8 véhicules pour 1 000 hab et 2,7 véhicules au km²)
© IAU îdF / Julia Boulenouar
Évolution des effectifs des sociétés d’exploitants de mini cabs.
Évolution des effectifs des sociétés d’exploitants de mini cabs.
Source : PCO, mai 2008
À Londres, le choix du taxi est motivé par la nécessité et la disponibilité immédiate des véhicules. À Paris, la même enquête donne des résultats assez différents.
À Londres, le choix du taxi est motivé par la nécessité et la disponibilité immédiate des véhicules. À Paris, la même enquête donne des résultats assez différents.
Source: IAU îdF d’après l’enquête 2006 du PCO

Études apparentées