Les universités en Île-de-France

Les Cahiers n° 143

30 octobre 2005Contact

Aujourd’hui, l’Île-de-France compte dix-sept universités et deux grands établissements universitaires (INALCO et IEP). Très différentes par la taille (le rapport est de un à cinq entre Paris XI, qui compte 7 900 inscrits, et Paris I, qui en regroupe 38 500), elles le sont aussi par la gamme des disciplines enseignées : sept d’entre elles sont qualifiées de pluridisciplinaires, trois autres sont à dominante lettres et sciences humaines, trois à dominante droit et sciences économiques et de gestion, trois autres, enfin, à dominante sciences et techniques. Rien de commun non plus entre les établissements parisiens et les universités de proche couronne. Enfin, les étudiants représentent une population très hétérogène.

Cette diversité constitue une vraie richesse alliant la tradition disciplinaire des universités les plus anciennes et l’innovation interdisciplinaire des établissements les plus récents. Mais c’est aussi un facteur de fragilité, en partie responsable de la concurrence qui s’exerce entre les différents établissements et du manque de lisibilité de l’offre. Après ce premier constat, ce nouveau numéro des Cahiers pose la question de l’adéquation entre l’offre universitaire et les aspirations de la société en termes d’égalité, d’accessibilité, d’efficacité et de qualité. Les universités doivent s’adapter à la demande des étudiants en répartissant les formations de manière équilibrée et en facilitant leurs conditions de vie : accessibilité, capacités d’accueil, équipements, etc. Elles doivent aussi mener les étudiants jusqu’à l’emploi et atteindre « l’excellence » dans certains domaines, afin d’attirer les meilleurs étudiants français ou étrangers et contribuer ainsi au renouvellement des équipes de chercheurs.

L’Île-de-France propose un très vaste choix d’études supérieures pour l’ensemble des filières.

Elle est dotée d’un potentiel exceptionnel et occupe une position dominante en termes de nombre d’étudiants, d’effectifs de recherche publique et privée, de brevets déposés ou d’entreprises implantées. Valorisantes pour les territoires qui les accueillent, les universités jouent un rôle social et culturel au sein de la ville et participent à son animation et à son développement. En cela, elles jouent un rôle dans l’aménagement du territoire, la polarisation des déplacements et la structuration de l’espace urbain.

alt 794

Télécharger

Ressources

En Île-de-France, aucune université ou presque ne ressemble à une autre. D’abord en raison de leur taille mais aussi de la gamme des disciplines enseignées plus ou moins étendue selon les établissements.
En Île-de-France, aucune université ou presque ne ressemble à une autre. D’abord en raison de leur taille mais aussi de la gamme des disciplines enseignées plus ou moins étendue selon les établissements.
C. Douste/BaSoH/IAU-îdF
Depuis une trentaine d’années, l’accès massif des élèves à l’enseignement supérieur a bouleversé le paysage universitaire. Mais des questions récurrentes restent posées : l’équité de l’accès à l’enseignement, la qualité de celui-
Depuis une trentaine d’années, l’accès massif des élèves à l’enseignement supérieur a bouleversé le paysage universitaire. Mais des questions récurrentes restent posées : l’équité de l’accès à l’enseignement, la qualité de celui-ci et de son contrôle, la certification des diplômes…
C. Douste/BaSoH/IAU-îdF
Les étudiants inscrits dans une université francilienne constituent une population très hétérogène dans ses origines sociales et ses conditions de vie.
Les étudiants inscrits dans une université francilienne constituent une population très hétérogène dans ses origines sociales et ses conditions de vie.
C. Douste/BaSoH/IAU-îdF