Les zones d'activités économiques en Île-de-France

Note rapide sur le bilan du SDRIF, n° 309 (n° 14)

24 septembre 2002ContactJean-François Saigault

L'extraordinaire développement des zones d'activités économiques (ZAE), observé au cours des dernières décennies est, parmi d'autres, un indicateur pertinent du très grand dynamisme du système productif francilien. Cependant, ce marché présente aujourd'hui des handicaps qui devront être surmontés, afin de réaliser une meilleure adéquation entre l'offre et la demande des entreprises, mais aussi et surtout pour affirmer la position de l'Île-de-France dans un contexte économique européen et international.

Ressources

alt 298
Il apparaît nécessaire d’offrir des possibilités d’implantation à des entreprises recherchant de grandes emprises foncières.
Technocentre de Renault implanté à Saint-Quentin-en-Yvelines (78).© GEGAUFF (Bernard) IAU îdF
alt 298
75 % du parc des ZAE et près de 90 % de la superficie totale affectée à celles-ci sont concentrés dans les zones urbaines et périurbaines.
Zone d'Activité de Courtaboeuf (91) © ABRON (Claude) AMPHIPRION IAU îdF