L’insécurité dans les quartiers d’habitat social : quelles réalités ?

Note rapide Société, n° 497

07 mars 2010ContactHélène Heurtel

« Chauds », « difficiles » ou « sensibles », ces adjectifs sont souvent employés pour qualifier certains quartiers franciliens. Mais, au-delà des représentations sociales, des images stigmatisantes et des discours inquiétants, qu’en est-il vraiment de l’insécurité qui règne dans ces quartiers ?

Les enquêtes régionales « victimation et sentiment d’insécurité en Île-de-France » interrogent les habitants du parc social sur l’expérience qu’ils ont de l’insécurité et sur leur ressenti. Elles fournissent aussi des informations sur les Franciliens qui vivent dans ou à proximité des zones considérées comme étant les plus en difficulté par la géographie prioritaire de la politique de la ville – les zones urbaines sensibles (Zus).

Ressources

12 % des enquêtés mettent la délinquance en tête des priorités assignées au gouvernement, alors qu’ils sont 43 % à citer la pauvreté et 39 % le chômage. © Brigitte Guigou, IAU îdF
12 % des enquêtés mettent la délinquance en tête des priorités assignées au gouvernement, alors qu’ils sont 43 % à citer la pauvreté et 39 % le chômage.
© Brigitte Guigou, IAU îdF
Proportion de personnes ou de ménages victimes en 2006, 2007 ou 2008 Source : enquête « victimation et sentiment d’insécurité en Île-de-France » de 2009. © IAU îdF
Proportion de personnes ou de ménages victimes en 2006, 2007 ou 2008.
Source : enquête « victimation et sentiment d’insécurité en Île-de-France » de 2009. © IAU îdF

Études apparentées