L'insécurité en Île-de-France

Rapport final : enquête « victimation & sentiment d'insécurité » de 2009

31 août 2011ContactHélène Heurtel

L’insécurité sociale (chômage et pauvreté) devance largement les problèmes d’insécurité en tant que principale préoccupation sociale des Franciliens après analyse des résultats de l’enquête 2009.

Les Franciliens se sentent globalement plus en sécurité qu’en 2001

Les Franciliens âgés de 15 ans et plus se sont exprimés pour la cinquième fois sur les problèmes d’insécurité (insécurité réelle mais aussi ressentie) auxquels ils sont confrontés. Il ressort de cette enquête que la population régionale se sent globalement plus en sécurité qu’en 2001, année de la première réalisée. Cette insécurité perçue se mesure au travers de deux types d’indicateurs :

  • la peur personnelle
  • la préoccupation « sécuritaire »

Et aux dires des Franciliens interrogés, cette dernière a fortement chuté. En effet, ils ne sont plus que 12,6 % à placer la délinquance en tête des priorités assignées au gouvernement contre 39,2 % en 2001.

Une tendance à la baisse pour les victimations prises en compte

L’enquête met, par ailleurs, en évidence une amélioration du cadre de vie, les Franciliens évoquant moins de nuisances qu’avant. Quant à la peur personnelle, elle est, globalement, aussi moins forte qu’en 2001 : 48,3 % des habitants interrogés déclarent avoir peur contre 53,8 % en 2001. Faut-il en déduire que la délinquance est en régression sur le territoire régional ? Il paraît difficile de conclure, d’autant que les tendances issues des enquêtes peuvent différer de celles établies à partir des statistiques de la police. Enfin, pour les victimations prises en compte (les vols et agressions envers des personnes, les cambriolages et les atteintes envers les véhicules), 48,4 % des personnes interrogées déclarent l’avoir été au cours des trois dernières années : une baisse constatée par rapport à l'enquête 2001 et qui concerne plus particulièrement les atteintes envers les véhicules. La proportion de victimes de vols personnels et d’agressions est redescendue, quant à elle, à un niveau assez proche.

Cette cinquième enquête victimation apporte des éléments de réflexion nécessaires à la région Île-de-France dans sa connaissance des phénomènes d'insécurité ainsi qu’un outil, qui s’inscrit dans le cadre de la politique régionale de sécurité.

Ressources

Les Franciliens mettent en avant leur inquiétude face aux problèmes d’emplois et, encore plus, de pauvreté. Trois SDF vivant sous un pont de la bretelle de l'autoroute A4 © Pattacini (Jean-Claude) IAU îdF, Urba images
Les Franciliens mettent en avant leur inquiétude face aux problèmes d’emplois et, encore plus, de pauvreté.
Trois SDF vivant sous un pont de la bretelle de l'autoroute A4 © Pattacini (Jean-Claude) IAU îdF, Urba images
21,4 % des ménages interrogés disent avoir été victimes au moins une fois en 2006, 2007 ou 2008 d'un acte de vandalisme de leur véhicule contrairement au vols ou tentatives de vol de véhicules en très nette régression sur même période. © Pattac
21,4 % des ménages interrogés disent avoir été victimes au moins une fois en 2006, 2007 ou 2008 d'un acte de vandalisme de leur véhicule contrairement au vols ou tentatives de vol de véhicules en très nette régression sur la même période.
© Pattacini (Jean-Claude) IAU îdF
Les Franciliens ont un point de vue global de plus en plus positif sur leur quartier. Une crèche financée par le Feder, opération Anru, Clichy-Montfermeil (93) © Guigou (Brigitte), IAU îdF
Les Franciliens ont un point de vue global de plus en plus positif sur leur quartier.
Une crèche financée par le Feder, opération Anru, Clichy-Montfermeil (93) © Guigou (Brigitte), IAU îdF

Études apparentées