Maintenir du foncier pour les activités en cœur d’agglomération

Note rapide Territoires, n° 640

30 janvier 2014ContactAmélie Darley, Pauline Zeiger

Deux cents sites de proche couronne ont été analysés sous l’angle de leur potentiel d’accueil d’activités économiques. L’environnement économique, l’acceptation des populations et l’insertion dans les réseaux de transports sont autant de critères qui doivent être pris en considération. L’enjeu est aujourd’hui d’anticiper le devenir de ces sites pour préparer l’action publique en faveur de la mixité urbaine.
Les besoins d’implantation d’activités économiques sont importants, mais insuffisamment répertoriés, alors même que les conséquences d’une bonne implantation sont majeures pour le fonctionnement métropolitain. En effet, leur localisation, influencée par le coût du foncier et de l’immobilier, par la proximité des réseaux de clients, fournisseurs et partenaires, par les infrastructures et les services du territoire, joue sur l’efficacité économique et la rentabilité des activités elles-mêmes.

Ressources

Le foncier économique couvre encore de vastes superficies et offre d’importants potentiels de mutation.
© Paul Lecroart, IAU îdF
Depuis dix ans, le nombre d’entreprises artisanales est resté stable.
© Cécile Degremont, IAU îdF