Parc forestier de la Poudrerie (site classé)

Étude pilote "sécurité-tranquillité"

29 juin 2005ContactCéline Loudier-Malgouyres, Iuli Nascimento, Christophe Cavailles

Améliorer la sécurité et la tranquillité des espaces verts publics

L’IAU île-de-France et l’Agence des espaces verts (AEV) ont conduit une étude pilote qui propose deux nouvelles approches :

  •  la mise en place d'un système d’information géographique "sécurité" ;
  • des orientations d’aménagement et de gestion des espaces.

L’objectif des travaux menés était de construire une méthode applicable à l'ensemble des espaces verts régionaux.

Le parc forestier de la Poudrerie, situé à cheval sur quatre communes de Seine-Saint-Denis, a servi de site d’expérimentation.

La méthode

Trois types de données étaient nécessaires : celles relatives aux faits d’insécurité (recueillies auprès de la police et de la direction du parc), celles relatives au sentiment ou à la perception d’insécurité (informations qualitatives issues d'enquêtes sociologiques), enfin des données décrivant les caractéristiques spatiales du parc et de son environnement.

Des enquêtes sociologiques et des entretiens ont donc été menés auprès des usagers et des acteurs du parc.

C'est ainsi qu'une marche exploratoire a été organisée avec l'aide de l'association des amis du parc de la Poudrerie : munis d’un guide d’enquête et d’une carte, un groupe d'usagers a identifié ce qui affecte le sentiment de sécurité et de confort à fréquenter l’espace.

Le système d’information géographique (SIG) a permis de croiser l'ensemble de ces informations. L'outil est apparu parfaitement adapté. À la fois moyen de collecte, de suivi et d’analyse d’information, c'est un outil de gestion et d’aide à la décision pour la direction du parc. C'est aussi un outil de communication pour les partenaires engagés dans la gestion et la sécurité du parc.

Les partenaires principaux sont l’AEV (agents de terrain et direction) et les services de police, puis ce sont les partenaires financeurs (Région, Conseil général, conseils municipaux), les associations présentes sur le terrain et les usagers.

Pourquoi un SIG ?

Le SIG permet de croiser plusieurs variables et de produire des cartes. On peut identifier les lieux de concentration de tel ou tel trouble (les dégradations, etc.), afficher les volumes des faits par secteur et catégorie, établir une typologie des espaces du parc en fonction des problèmes spécifiques qui y sont rencontrés, ou encore croiser cette localisation avec les caractéristiques spatiales du site et de son environnement, par exemple mettre en regard l’état des clôtures, le statut d’ouverture des espaces et les infractions intervenues en dehors des heures d’ouverture. Le SIG permettra aussi d’analyser l’évolution dans le temps des phénomènes et, par conséquent, d’évaluer les actions menées.

Ressources

Les 145 ha du parc de la Poudrerie ont servi de site pilote pour des aménagements de sécurité. En juillet 2004, une marche exploratoire a été réalisée avec une dizaine de participants, tous habitués du parc.
Les 145 ha du parc de la Poudrerie ont servi de site pilote pour des aménagements de sécurité. En juillet 2004, une marche exploratoire a été réalisée avec une dizaine de participants, tous habitués du parc.
© D.R.
Le système d'information géographique mis en place est une aide à la gestion du parc. Un SIG permet d'afficher les zones de concentration des infractions par la superposition des diverses couches d'information obtenues
Le système d'information géographique mis en place est une aide à la gestion du parc. Un SIG permet d'afficher les zones de concentration des infractions par la superposition des diverses couches d'information obtenues
© IAU îdF
Zones de concentration des infractions obtenues par la cartographie.
Zones de concentration des infractions obtenues par la cartographie.
© IAU îdF