Politiques des départements en faveur des berges du « Fleuve » en Île-de-France

30 juin 2007ContactElisabeth Bordes-Pages, Manuel Pruvost-Bouvattier

Des schémas d'aménagement durable

Depuis une dizaine d'années, les départements franciliens ont engagé des actions «berges». Au-delà d’actions ponctuelles déjà engagées et associées à d’autres politiques de type espaces naturels sensibles (ENS), certains ont souhaité définir des schémas d'aménagement de berges pour assurer une plus grande cohérence à l’échelle de leur territoire. Les schémas les plus récents s'inscrivent volontairement dans une perspective de développement durable. Élaborés avec la participation des collectivités riveraines, ils croisent plusieurs thématiques afin d’assurer une meilleure cohabitation des usages et vocations associées aux berges et rives des territoires voisins du fleuve.

Des points communs remarquables 

  • Avant les années 1990, les projets étaient souvent liés à la lutte contre l'érosion et/ou contre les inondations. Les aménagements étaient réalisés principalement par les services de l’État et leurs partenaires habituels ;
  • Dès le milieu des années 1990, les nouveaux projets d’aménagement remettent en cause l’unicité des objectifs du « lutter contre » ainsi que les moyens mis en œuvre pour y parvenir (type murettes anti-crues) ;
  • Les périmètres de réflexion s'étendent au-delà de « la berge » et du domaine public fluvial gérés principalement par les services de l’État, les Voies navigables de Fance (VNF), le Port autonome de Paris (PAP), le service de navigation de la Seine. Ainsi, les thématiques abordées renvoient à la question des coupures urbaines et notamment à celle de l’intégration des voies de circulation (nationale ou départementale) qui séparent la « ville » des berges ;
  • Les projets des départements pour les berges vont commencer à intégrer des préoccupations nouvelles. La principale étant la "ré-appropriation" des berges par les habitants. Cette tendance qui s’affirme à la fin des années 1990 devient un objectif central dans les projets les plus récents, le moteur d’autres initiatives. Cette volonté de « rendre les berges à la population » s’associe à d’autres objectifs et enjeux, de renaturation ou de paysagement des berges, de création de nouveaux espaces de détente et de loisirs, de mise en réseau d’itinéraires promenades, de création de nouveaux itinéraires doux à proximité du fleuve…

    Dans les projets des départements, les berges créent de fait de nouvelles opportunités pour l’amélioration du cadre de vie, le renouvellement des quartiers riverains, l’ouverture de l’espace public des rives des villes aux berges du fleuve… et ce malgré les risques d’inondation qui a contrario sont peu évoqués dans la plupart des projets de valorisation de berges ou dans les schémas d’aménagement des berges des départements.

Dans certains schémas, la réflexion s’est étendue aux rives avec un réel effort pour "contextualiser" la promenade et permettre une meilleure appropriation par les communes riveraines.

Des actions sont engagées mais il reste encore beaucoup à faire pour arriver à une gestion d’ensemble cohérente et durable (environnementale, économique, urbaine, sociale… ) des berges et rives du Fleuve en Île-de-France.

Ressources

Course de canoë-kayak sur le bassin olympique, base de loisirs de Vaires-sur-Marne (77).
Course de canoë-kayak sur le bassin olympique, base de loisirs de Vaires-sur-Marne (77).
© ABRON (Claude) IAU îdF, Région Ile-de-France
État d'avancement des plans de prévention des risques inondation (PPRI) en 2007.
État d'avancement des plans de prévention des risques inondation (PPRI) en 2007.
© IAU îdF
Principes d'aménagement retenus pour s'assurer de la tenue des berges
Principes d'aménagement retenus pour s'assurer de la tenue des berges