Pollution particulaire en Île-de-France : éléments pour un bilan

Note rapide sur l'environnement et la santé, n° 380

31 mars 2005ContactAntoine Franconi

On a souvent comparé l'écosystème urbain à un organisme vivant. Comme lui il vit, se développe, s'épuise et se régénère. Pour assurer ses fonctions vitales, il importe des biens ou les produit, les consomme et en rejette les déchets. L'Île-de-France n'échappe pas à cette analogie. Ses activités industrielles et urbaines génèrent des nuisances qui affectent l'environnement et la santé de ses onze millions d'habitants. L'identification, l'évaluation des flux de polluants, leur cycle dans le milieu sont des données nécessaires pour en maîtriser les impacts. La présente note apporte une contribution à la connaissance de la pollution métallique et organique de l'écosystème francilien.

Ressources

Vitry-sur-Seine (94) Centrale au charbon très polluante.
Vitry-sur-Seine (94) Centrale au charbon très polluante.
© PATTACINI (Jean-Claude) IAU îdF ; Urba Images
traitement des lixiviats (liquide résiduel qui provient de la percolation de l'eau à travers un matériau).
Ci-dessus, traitement des lixiviats (liquide résiduel qui provient de la percolation de l'eau à travers un matériau).
© E. CONQUY (Jérôme) IAU îdF ; NoManzLand