Portland, un écosystème universitaire et urbain vertueux

Note rapide Économie, n° 652

20 mai 2014ContactOdile Soulard, Laurent Perrin

Portland cultive sa différence dans nombre de domaines tels que l’urbanisme durable et les industries du sport et du plein air. Ses universités y concourent activement par leur recherche et leurs pratiques immobilières, en synergie avec les projets de transports en commun métropolitains. Rien de spectaculaire, mais une intelligence et un pragmatisme exemplaires. Cette Note rapide complète la série d’études de cas Science Cities.

Portland, capitale économique de l’Oregon, n’est que la 24e métropole des États-Unis par le poids de sa population, mais c’est l’une des plus progressistes sur le plan urbanistique.
C’est en effet un laboratoire pour le développement de politiques d’urbanisme durables, fondées sur :

  • un fort investissement dans le renouvellement urbain du centre-ville ;
  • une qualité de conception et de mise en œuvre des espaces et des équipements publics ;
  • un système de gouvernement métropolitain semblable à celui d’une communauté urbaine ; 
  • un réseau de circulations douces et de transports en commun très maillé ;
  • un schéma directeur de développement et d’aménagement intégrant la notion de « limite d’urbanisation » (ou Urban Growth Boundary), inscrite dans la loi de l’État d’Oregon.

Ressources

Portland et l’Innovation Quadrant dans leurs contextes national et régional
© IAU îdF
Perspective sur la nouvelle station TriMet et le Collaborative Life Sciences Building. © TriMet & OHSU
Perspective sur la nouvelle station TriMet et le Collaborative Life Sciences Building. © TriMet & OHSU
Vue aérienne des trois campus de l’OHSU. Au premier plan, le campus historique et, au fond, en contrebas, ses deux sites d’extension. En bleu, les volumes encore constructibles. En orange, le tracé du téléphérique. © OHSU
Vue aérienne des trois campus de l’OHSU. Au premier plan, le campus historique et, au fond, en contrebas, ses deux sites d’extension. En bleu, les volumes encore constructibles. En orange, le tracé du téléphérique. © OHSU

Voir aussi