Portraits des Franciliens en mouvement

Une typologie des comportements de mobilité quotidienne en lien avec les caractéristiques socio-économiques des individus

31 mai 2007ContactJeremy Courel

Près de 5,5 millions de franciliens effectuent quotidiennement des déplacements de banlieue à banlieue (54 %)

Préalable à l’étude des déplacements quotidiens des franciliens, une typologie des comportements de mobilité quotidienne a donné lieu au classement suivant :

  1. Les non-mobiles le jour de l’enquête ; 
  2. Les exclusifs des transports en commun qui ne se déplacent qu’aux heures de pointe ; 
  3. Les usagers des transports en commun qui ne se déplacent pas dans Paris ; 
  4. Les Parisiens adeptes de la marche ;
  5. Les motards et cyclistes,
  6. Les Franciliens qui sont sortis de la région ; 
  7. Les professionnels ultra-mobiles ;
  8. Les élèves et étudiants de banlieue ; 
  9. Les actifs de banlieue exclusifs de la voiture ; 
  10. Les ultra-mobiles pour les loisirs résidant en banlieue ; 
  11. Ceux qui se déplacent en voiture ou à pied en banlieue pour achats et affaires personnelles.

Des moments du déplacement définis

Le fait de se déplacer uniquement en heures de pointe caractérise tout particulièrement la classe 2 (les exclusifs des transports en commun). Celle-ci associe cette « habitude » horaire au motif travail et au mode transports en commun. Elle concerne également deux types de liaisons : celles entre Paris et la banlieue et celles interne à Paris.

Le fait de ne se déplacer, à l’inverse, qu’en heures creuses est une caractéristique forte de la classe 11 (ceux qui se déplacent en voiture ou à pied en banlieue pour achats et affaires personnelles ). Elle concerne des déplacements internes à la banlieue, motivés par les achats ou les affaires personnelles et s’effectuant notamment à pied. Cette caractéristique concerne également, dans une moindre mesure, les personnes qui sortent de la région (la classe 6).

Des durées et des distances totales très contrastées

Les distances parcourues sur une journée moyenne varient fortement d’un groupe à l’autre.
De ce point de vue, les plus mobiles (« les professionnels ultra-mobiles ») parcourent, avec 36,6 km quotidiens, une distance moyenne cinq fois plus grande que les moins mobiles ( « les élèves et étudiants de banlieue »). Un autre groupe se distingue par une distance moyenne quotidienne parcourue importante : les usagers des transports en commun qui ne se déplacent pas dans Paris. Ces derniers parcourent en effet près de 30 km quotidiens.

Ressources

Le groupe de classe 5.  Les individus composant cette catégorie sont des hommes (81 %), souvent actifs (67 %), sur Paris ou en petite couronne (Hauts-de-Seine, Yvelines).
Le groupe de classe 5. Les individus composant cette catégorie sont des hommes (81 %), souvent actifs (67 %), sur Paris ou en petite couronne (Hauts-de-Seine, Yvelines).
© Degremont (Cécile), IAU îdF
Le groupe de classe 9. Les individus de cette classe se déplacent à l’intérieur de la banlieue (98 %), en voiture (95 %), pour aller travailler (91 %) mais également pour affaires personnelles et achats.
Le groupe de classe 9. Les individus de cette classe se déplacent à l’intérieur de la banlieue (98 %), en voiture (95 %), pour aller travailler (91 %) mais également pour affaires personnelles et achats.
Flins (78) Usine Renault. © Abron (Claude), Amphiprion, IAU îdF