Première baisse significative de la vacance en Île-de-France depuis plusieurs décennies

Note rapide Habitat, n° 586

29 janvier 2012ContactClaire Decondé, Insee Île-de-France, François Dubujet, Insee Île-de-France

Les logements vacants sont sensiblement moins nombreux en 2006 qu'en 1999. Leur nombre a baissé de 20 %, passant de 409 500 à 329 000. Ils restent concentrés dans l'agglomération parisienne et dans les plus grandes villes de la grande couronne.
En Île-de-France, le nombre de logements vacants s'établit à 329 000 en 2006. Depuis 1968, leur nombre a été multiplié par deux en Île-de-France, contre 1,6 en province. Cependant, la période 1999-2006 marque une rupture de tendance dans la région.

Ressources

Les vingt communes de plus de 10000 habitants hors Paris ayant les taux de vacance les plus élevés
Les vingt communes de plus de 10000 habitants hors Paris ayant les taux de vacance les plus élevés
Source : Insee, recensement de la population 2006, exploitation principale
Les vingt communes de 10 000 habitants ayant les plus fortes baisses de la vacance entre 1999 et 2006
Les vingt communes de 10 000 habitants ayant les plus fortes baisses de la vacance entre 1999 et 2006
Source : Insee, recensements de la population 1999 et 2006, exploitations principales
La vacance est concentrée dans le centre de l'agglomération parisienne.
La vacance est concentrée dans le centre de l'agglomération parisienne.
Insee, recensement de la poputation 2006, exploitation principale © IAU îdF