Près d’un million de ménages franciliens en plus à l’horizon 2030

Note rapide Société, n° 495

14 février 2010ContactPhilippe Louchart

Tendanciellement, le nombre de ménages résidant en Île-de-France progresserait de 41 000 à 45 000 par an entre 2006 et 2030, des personnes vivant seules dans leur logement pour l’essentiel. Les deux tiers de ces ménages supplémentaires auraient une personne âgée de 60 ans ou plus à leur tête. Le nombre de familles avec enfants resterait stable.

L’Île-de-France compte 11,5 millions de Franciliens qui occupent 4,8 millions de logements en 2006. À l’horizon d’une génération, en 2030, le nombre de logements occupés, c’est-à-dire le nombre de ménages, progresserait pratiquement autant (+ 0,98 à + 1,08 million) que le nombre d’habitants (+ 1,25 million d’habitants dans le scénario démographique central). Sur ce million de ménages supplémentaires, la moitié environ provient de la simple croissance de la population francilienne, un dixième de son vieillissement et le reste, soit les deux cinquièmes, de l’évolution des modes de cohabitation.

Ressources

La multiplication des divorces et des séparations aaussi provoqué une forte augmentation des familles monoparentales.
La multiplication des divorces et des séparations aaussi provoqué une forte augmentation des familles monoparentales.
© Lecroart (Paul), IAU îdF
La croissance du nombre de ménage en Île-de-France, 1990-2030.
La croissance du nombre de ménage en Île-de-France, 1990-2030.
Sources : Insee, simulations IAU îdF

Études apparentées