Prospective sur la valorisation du site de l’École de Plein Air à Suresnes

30 octobre 2014ContactKarim Ben Meriem, Anca Duguet, Amélie Rousseau, Corinne de Berny Riche

L’INS HEA, centre de formation spécialisé, qui occupe actuellement le site de l’École de Plein Air à Suresnes, envisage de s’installer sur le campus de Nanterre. Dans le cadre d’une convention signée avec l'établissement public d'aménagement universitaire d'Île-de-France (Epaurif), maître d’ouvrage délégué par le rectorat de Versailles, une réflexion s’est engagée sur le devenir de cet ensemble classé monument historique, et des 2 hectares de jardins qui l'entourent.

L’atelier-projet associant la ville de Suresnes, la SEM92, le ministère de la Défense et le rectorat organisé à l’IAU îdF

Trois principaux enjeux métropolitains ont été dégagés : le renouvellement de l’offre en matière d’éducation spécialisée, la mise en valeur d’un belvédère d’exception, et celle d’un témoignage historique de l’architecture moderne. Deux scenarii proposent une ouverture du site fondée sur le mélange de plusieurs fonctions :

  • « Ouverture et inclusion, le renouveau de l’école de plein air » s’appuie sur la création d’une desserte par télécabine reliant le Mont-Valérien à Paris via le bois de Boulogne, la programmation d’un établissement régional d’enseignement adapté, la création d’un centre de soins et de rééducation, la programmation de logements inclusifs et d’un hébergement multipublic.
  • « Le Mont-Valérien, haut lieu du Grand Paris » valorise les espaces classés en y installant un centre d’art contemporain de plein air, tout en maintenant la vocation médico-éducative du site, et propose l’édification d’un téléphérique pour relier le Mont-Valérien au tramway et à terme à la future gare du Grand Paris.

Le scénario « Belved’Air » fait le choix d’un positionnement international avec l’aménagement d’une base de loisirs afin de renforcer l’attractivité du site. La montée en gamme de l’offre urbaine locale permettra d’attirer des financements privés pour un complexe hôtellerie/centre de remise en forme sur le concept d’art de vivre à la française.

Un projet de revalorisation du site de l’INS HEA très contraint, conditionné par la construction d’un projet consensuel

Les différents scenarii s’orientent vers une occupation mixte du site, en mélangeant tourisme, loisirs et remise en forme, art et culture, accueil médico-social, éducation, la parcelle étant divisible, et en ouvrant le site sur l’extérieur. Compte tenu des contraintes pesant sur le site ils envisagent essentiellement l’implantation-renouvellement de services publics, au moins dans une première phase de valorisation, avant une appropriation possible par des investisseurs privés. La valorisation du site est ainsi conditionnée par la construction d’un projet consensuel, capable de fédérer les différents partenaires publics concernés (État-ESR, État-Défense, collectivités territoriales, etc.) et permettre une mobilisation foncière et une flexibilité des documents d’urbanisme, pour faire avancer la programmation ainsi que les montages opérationnels.

Ressources

L’INS HEA, actuellement le site de l’école de plein air à Suresnes, envisage de s’installer sur le campus de Nanterre.
© Anca Duguet, IAU îdF
La transformation de l’ancien sanatorium de Zonnestraal (Pays-Bas) en clinique spécialisée dans les maladies cardiaques en 2014.
© Adrian Welch
Le site de l’école de plein air et du Mont-Valérien embrasse une large partie de la métropole.
© Pierre-Marie Tricaud, IAU îdF
Scénario « Ouverture et inclusion, le renouveau de l’école de plein air »
Source : Google Earth © IAU îdF
Scénario « Le Mont-Valérien, haut lieu du Grand Paris »
Source : Google Earth © IAU îdF
Scénario « Belvéd’Air »
Source : Google Earth © IAU îdF