Référentiel de densités et de formes urbaines

Contribution pour un référentiel appliqué à l'habitat dans la région Île-de-France

31 juillet 1995ContactElisabeth Bordes-Pages, Sylvie Castano, Gérard Abadia

L'objectif de ce référentiel lors de sa publication en 1995 était de clarifier la notion de densité et de faire comprendre les liens entre « forme urbaine » et « densité ». Depuis, l’intérêt pour ces notions ne s’est pas démenti.
En abordant les notions d’échelles et de densités des tissus, cet ouvrage s’attache à traiter des densités dans les quartiers d’habitat en Île-de-France. À partir des six grandes typologies d’habitat du Mode d'occupation du sol (cartographie de l'occupation des sols mise à jour régulièrement par l'IAU îdF), la démarche a été de sélectionner, d’analyser et de comparer 25 îlots de quartiers d’habitation se répartissant du centre aux limites régionales et illustrant les différentes périodes de construction et de développement régional.

Un outil pédagogique

Ce référentiel a servi principalement pour des réunions-débats d'information pour les élus, les associations, les CAUE, les DDE, les collectivités... Les résultats des travaux et réunions confirment que « ce n’est pas tant la question de la densité qui pose problème que la question de la qualité du cadre de vie et des réponses apportées en terme d’équipements, de services, de transports... »
Ces débats, toujours présents, vont s’intensifier dans les années qui viennent pour faire face aux nouveaux besoins et urgences contemporains.

Ressources

Le Mos (Mode d'occupation du sol) donne un aperçu des grandes typologies d’habitat. Il permet de localiser les différentes périodes de la construction (îlot haussmannien, cités jardins, habitat collectif années 70, villes nouvelles, quartiers de l
Le Mos (Mode d'occupation du sol) donne un aperçu des grandes typologies d’habitat. Il permet de localiser les différentes périodes de la construction (îlot haussmannien, cités jardins, habitat collectif années 70, villes nouvelles, quartiers de lotissements...)
La lecture de la forme urbaine s’exprime par la densité (D) comme résultante d’une hauteur (H) et d’un coefficient d’emprise au sol (CES). Il n’est pas possible d’avoir une idée immédiate de la typologie des tissus bâtis par le seul indic
La lecture de la forme urbaine s’exprime par la densité (D) comme résultante d’une hauteur (H) et d’un coefficient d’emprise au sol (CES). Il n’est pas possible d’avoir une idée immédiate de la typologie des tissus bâtis par le seul indicateur de densité. Cette étude montre toute la difficulté à établir, un rapport « simple » entre la forme urbaine et la densité.
IAU îdF
alt 762

IAU îdF

Voir aussi

Habitat formes urbaines Densités comparées et tendances d'évolution en France. Publication de la Fnau, octobre 2066