Schéma régional des continuités écologiques : la trame aquatique

Note rapide Environnement, n° 470

24 avril 2009ContactIsabelle Chambodut, PNR Scarpe-Escaut, Bernard Cauchetier

Le projet de loi Grenelle II instaure la notion de continuité écologique par la création d’une trame verte et bleue permettant la circulation des espèces animales et végétales sur le territoire. Les cours, les masses d’eau et les bandes végétalisées riveraines forment la trame « bleue ».

Il est un temps, pas si lointain, où les poissons migrateurs comme le saumon, les aloses et même l’esturgeon fréquentaient le bassin de la Seine.
C’est au XIXe siècle que toutes ces espèces ont quitté le fleuve, à la suite de son aménagement (barrages, canalisation) et de sa pollution. Aujourd’hui, ce n’est plus la qualité physico-chimique de l’eau qui constitue le principal facteur limitant le retour de certains de ces migrateurs, mais le maintien des barrages et l’altération des habitats.

Ressources

La Loutre, qui a de fortes exigences écologiques, constitue une bonne espèce« parapluie » pour jauger la qualité des milieux aquatiques. © patries71/www.flickr.com
La Loutre, qui a de fortes exigences écologiques, constitue une bonne espèce« parapluie » pour jauger la qualité des milieux aquatiques.
© patries71/www.flickr.com
Le réseau des étangs et rigoles (78) offre une multiplicité de passages potentiels privilégiés pour coloniser un bassin versant depuis l’autre.© Rossi (Stéphane), IAU îdF
Le réseau des étangs et rigoles (78) offre une multiplicité de passages potentiels privilégiés pour coloniser un bassin versant depuis l’autre.
© Rossi (Stéphane), IAU îdF

Études apparentées