Science Cities : Campus scientifiques et clusters dans les métropoles du XXIe siècle

Helsinki : Otaniemi et Arabianranta

29 décembre 2009ContactLaurent Perrin, Odile Soulard, Vincent du Besset

La société finlandaise dispose d’atouts pour constituer un milieu innovant : grande ouverture aux technologies ; pragmatisme dans la résolution des problèmes ; recherche du consensus, capacité à l’autocritique…

Helsinki : une réelle mise en réseau des acteurs de la R&D et de l’innovation

La région d’Helsinki dispose évidemment de ces mêmes atouts, magnifiés par ses infrastructures aéroportuaires et portuaires et son statut de capitale, qui lui confère en outre des fonctions de commandement et une plus grande ouverture au monde. On observe dans cette métropole une réelle mise en réseau des acteurs de la R&D et de l’innovation, favorisant les synergies : ainsi l’Université Aalto (mais aussi Metropolia et Laurea) qui relie des campus universitaires existants sur des thématiques faisant écho à la stratégie « T3 » du Grand Helsinki  (science/technologie + art/design + business/finance) ; ainsi les nombreux facilitateurs publics et privés, qui permettent de créer des entreprises et de les accompagner dans leur cycle de croissance.

Plusieurs facteurs néanmoins freinent le développement des activités de R&D sur le territoire finlandais

L’insuffisance d’IDE ; le manque de diversification des entreprises du système productif ; la faible mobilité des étudiants et chercheurs ; la multiplicité et l’enchevêtrement des compétences des organismes du système d’innovation ; le manque de spécialisation du secteur privé finlandais dans les domaines exigeant une main-d’œuvre très qualifiée, qui entraîne une relative sous-utilisation du capital humain finlandais et un risque latent de pénurie de main-d’œuvre sont autant de facteurs freinant le développement des activités de R&D sur le territoire finlandais. Enfin, il semble que les communes de l’aire métropolitaine se livrent une réelle concurrence pour l'accueil de fonctions métropolitaines supérieures : ainsi l’annonce de la création de l’Université Aalto a suscité pas mal de tensions entre Espoo et Helsinki pour savoir qui des deux accueillerait son siège.

Les dynamiques du cluster d’Otaniemi

La réussite du cluster d’Otaniemi s’articule autour de plusieurs éléments clés : des centres urbains riches d’externalités culturelles, naturelles et infrastructurelles ; la présence de centres de recherche nationaux largement appuyés par le gouvernement ; un enseignement de qualité ; le développement spontané d‘entreprises devenues leaders dans leur domaine, avec leurs spin-off essaimées autour d’Helsinki. Les « coopétitions » entre entreprises, en vue d’optimiser les profits jouent un rôle moteur dans la dynamique du cluster. Des initiatives récentes, comme Innovation Mill de Nokia ou Otaniemi Microclusters montrent que les acteurs cherchent ensemble des réponses aux défis posés par l’écosystème d’Otaniemi (attractivité internationale, croissance des start-up) pour créer davantage de valeur ajoutée et d’emplois.

Le quartier d’Arabianranta

Ce quartier mixte à forte identité jouit d’une grande renommée. Conçu pour être un laboratoire de l’habitat contemporain, il est aussi devenu de fait un laboratoire de la création de contenus pour les TIC, grâce à leur complète intégration dans les espaces publics et privés et à la présence des étudiants et chercheurs de la TaiK. Arabianranta est aussi innovant sur le plan de sa conception urbanistique que sur celui des modes de vie, de consommation et de travail qui s’y déroulent. Il dispose de nombreux attributs recherchés par la classe créative d’Helsinki pour s’y installer et susciter à terme un effet cluster en lien avec les matières artistiques et médiatiques enseignées dans ses universités. Cependant,  il semble prématuré de considérer qu'il s'agit du principal cluster créatif des pays nordiques.

Ressources

Le projet « K9 towers » de la société Hartela à Keilaniemi. La réserve de croissance potentielle de ce secteur est ainsi d’environ 10 000 habitants et 16 000 emplois. Source : SRV
Le projet « K9 towers » de la société Hartela à Keilaniemi. La réserve de croissance potentielle de ce secteur est ainsi d’environ 10 000 habitants et 16 000 emplois.
© SRV
Pour manifester la vocation culturelle et artistique du quartier, le projet urbain d’Arabianranta (4 km nord-est Helsinki) fait l’objet d’interventions d’artistes dans différents lieux. © Odile Soulard, IAU îdF
Pour manifester la vocation culturelle et artistique du quartier, le projet urbain d’Arabianranta (4 km nord-est Helsinki) fait l’objet d’interventions d’artistes dans différents lieux.
© Odile Soulard, IAU îdF
Localisation des éléments clés du territoire à la disposition du cluster d’Otaniemi Source : Otaniemi Marketing ; traitement IAU îdF, 2009
Localisation des éléments clés du territoire à la disposition du cluster d’Otaniemi
Source : Otaniemi Marketing ; traitement IAU îdF, 2009

Études apparentées