Services à la personne en Île-de-France : des emplois précaires peu rémunérés

Note rapide Économie, n° 544

10 mai 2011ContactSandrine Bouffin, Insee Île-de-France, Jean Bresner, Insee Île-de-France, Bénédicte Gualbert, Crocis de la CCIP, Carine Camors

En 2006, parmi les 225 000 salariés des services à la personne, 80 % sont employés directement par des particuliers. Les emplois proposés sont peu rémunérés et précaires. Ainsi, malgré des résultats satisfaisants, les chefs d’entreprise privée déclarent rencontrer des difficultés de recrutement.
Le plan de développement des services à la personne de février 2005, dit « plan Borloo », détermine le périmètre des « services à la personne ».

Ressources

En Île-de-France, 8 salariés sur 10 des services à la personne travaillent pour un particulier employeur © Dégremont (C.), IAU îdF
En Île-de-France, 8 salariés sur 10 des services à la personne travaillent pour un particulier employeur.
© Dégremont (C.), IAU îdF
En 2006, soit plus d'un an après l'adoption du "plan Borloo", les services à la personne employaient 225 000 salariés en Île-de-France. © Doutre (C.) BaSoH, IAU îdF
En 2006, soit plus d'un an après l'adoption du "plan Borloo", les services à la personne employaient 225 000 salariés en Île-de-France.
© Doutre (C.) BaSoH, IAU îdF

Études apparentées