Stocker et transporter les hydrocarbures en Île-de-France

Note rapide sur le bilan du SDRIF, n° 294 (n° 2)

10 avril 2002ContactSandrine Glatron (CNRS, Université de Rouen UMR-IDEES)

Le SDRIF de 1994 met l'accent sur la réduction des nuisances liées aux infrastructures (bruit, coupure) et sur la sécurité routière, mais sans évoquer le transport des matières dangereuses, ni les risques technologiques en général. Une recherche universitaire, s'appuyant sur le Système d'information géographique régional développé par l'Iaurif, aborde la difficile question de la localisation des industries dangereuses. Doit-on obligatoirement les éloigner des centres urbains ? La réponse est moins évidente qu'il n'y paraît.

Ressources

alt 317
Les risques majeurs ne sont pas aussi importants en Île-de-France que dans certaines grandes métropoles du monde.
Dépôt d'hydrocarbures Gennevilliers - 92 © GUIGNARD (Philippe) LA-DOCUMENTATION-FRANCAISE ; IAU îdF ; Région Ile-de-France
alt 317
Plus l’on s’éloigne des dépôts générateurs d’un important trafic routier au cœur de l’agglomération plus les risques sont grands.
© ROSSI (Stéphane) IAU îdF