Trois siècles de cartographie en Île-de-France - Volume 1

Les Cahiers n° 119

30 novembre 1997Contact

Dans son souci de toujours mieux comprendre les réalités de l’Île-de-France, l’IAU îdF (Iaurif à l'époque) a réalisé un important travail d’étude de la cartographie régionale sur trois siècles qui fait l’objet de deux volume des Cahiers.

Des trésors de cartes

Dans ce numéro 119 des Cahiers (volume 1), la première idée a été de tenter de montrer quelles ont été les grandes transformations de l’Île-de-France à travers la lecture des cartes qui ont jalonné son histoire.
La seconde a été d’essayer de montrer ce qu’étaient les paysages ruraux ou urbains aux périodes considérées, en faisant un parallèle entre la carte et la représentation picturale qu’il s’agisse d’estampes, de peintures, de photographies...
La prise de contact avec les principaux dépositaires des documents a mis au jour des trésors : des cartes peu ou pas utilisées, des plans d’intendance, des atlas, des terriers et des dessins minutes. Dès lors, les problèmes essentiels ont consisté à repérer les lieux représentés à différentes époques, à apprécier leur fiabilité, à cartographier leur emprise sur la carte actuelle de la région, à savoir présenter ces richesses.

Le regard de l’urbaniste

Quatre étapes ont été délimitées, correspondant chacune à une grande carte de l’Île-de-France :

  • la carte « des Chasses », qui couvre la fin de l’Ancien Régime et montre la structuration du paysage par le réseau dense de voies royales, de parcs de châteaux et de tracés forestiers ;
  • la carte « d’État Major » qui montre l’état de la région issue de la Révolution et de l’Empire ;
  • la carte de France type 1900, qui fait paraître le réseau de chemin de fer, l’industrie, les extensions urbaines ;
  • la carte de France type 1922, qui montre l’explosion spatiale puis l’apparition du réseau moderne d’infrastructures.

Le lecteur retrouvera également certains lieux dont il pourra suivre les transformations : Cormeilles-en-Vexin, Melun, Meudon, Pontoise...

Les moyens modernes

Dans les années 1980 apparaissent en France de nouveaux moyens informatiques de cartographie comme le système d’information géographique régional (développé par l’Iaurif), la BD topo (développée par l’IGN), le cadastre informatisé (développé par la Direction générale des Impôts), le projet de représentation de vastes paysages en 3D comme Imago métropolis...
Notre premier objectif a consisté à décrire certains de ces outils, qui ont donné une nouvelle dimension à la cartographie mais aussi à utiliser ces outils pour numériser les quatre grandes cartes analysées dans ce présent tome afin de pouvoir en tirer quelques constats chiffrés.
L’ouverture vers ces outils informatiques a permis de voir les possibilités qu’offrait une approche géographique du repérage des cartes anciennes et les partenariats éventuels que cela pouvait permettre d’établir.

alt 679

Télécharger

Ressources

Le schéma directeur de 1965 va s’articuler autour de trois dispositions : canaliser l’extension spatiale, créer des centres urbains nouveaux, organiser l’unité de la région urbaine.© Perceval (Alain), IAU îdF
Le schéma directeur de 1965 va s’articuler autour de trois dispositions : canaliser l’extension spatiale, créer des centres urbains nouveaux, organiser l’unité de la région urbaine.
© Perceval (Alain), IAU îdF
En 1956, les maîtres mots qui avaient présidé à la révision du Plan d’aménagement de la région parisienne étaient : décentraliser l’agglomération (et notamment l’industrie) vers la province, décongestionner Paris vers sa banlieue, régén
En 1956, les maîtres mots qui avaient présidé à la révision du Plan d’aménagement de la région parisienne étaient : décentraliser l’agglomération (et notamment l’industrie) vers la province, décongestionner Paris vers sa banlieue, régénérer la banlieue par les grands ensembles ! Ci-dessus, les « Denises » à Antony en 1964.
© Bruchet (Jean), IAU îdF
Saint-Ouen bénéficie d’une nouvelle carte au 1/5 000 vers 1900. Cinq lignes de tramways desservent la ville et les trottoirs aménagés le long des voies publiques bénéficient de l’éclairage au gaz.
Saint-Ouen bénéficie d’une nouvelle carte au 1/5 000 vers 1900. Cinq lignes de tramways desservent la ville et les trottoirs aménagés le long des voies publiques bénéficient de l’éclairage au gaz.
© IAU îdF
La carte postale d’Athis-Mons montre la nature de la construction : pavillons de meulière et toitures de tuiles mécaniques, mais aussi cabanons cachés au fond de jardins essentiellement potagers, parsemés d’arbres fruitiers.
La carte postale d’Athis-Mons montre la nature de la construction : pavillons de meulière et toitures de tuiles mécaniques, mais aussi cabanons cachés au fond de jardins essentiellement potagers, parsemés d’arbres fruitiers.
© IAU îdF
Deux types de logements ont marqué la période de l'entre-deux-guerres, tous deux réalisés par des organismes publics : les HBM (habitations à bon marché) et les cités-jardins.
Deux types de logements ont marqué la période de l'entre-deux-guerres, tous deux réalisés par des organismes publics : les HBM (habitations à bon marché) et les cités-jardins.
© IAU îdF
L’étude de grands faits qui ont marqué le territoire de l’Île-de-France au travers de trois siècles de cartes a conduit à inventorier et à examiner de nombreuses cartes. 26 d’entre elles ont fait l’objet d’une analyse et d’une cartograph
L’étude de grands faits qui ont marqué le territoire de l’Île-de-France au travers de trois siècles de cartes a conduit à inventorier et à examiner de nombreuses cartes. 26 d’entre elles ont fait l’objet d’une analyse et d’une cartographie de repérage.
Source IAU îdF © IAU îdF

Études apparentées