Veille sur les transports à Londres

03 septembre 2011ContactFrédérique Prédali

L'échec des contrats Public Private Partnerships (PPP) initiaux pour la mise à niveau du métro coûtera 310 millions de livres à Transport for London (TfL).

Recherche d’efficacité budgétaire pour TfL

Environ un tiers du budget de TfL provient d’une subvention directe du Department for Transport -ministère des Transports-. D’ici 2015, une baisse de subvention de 2,17 milliards de livres est annoncée, soit 21 % du budget actuel en moins sur 4 ans. Même si TfL dispose d’autres ressources, cette coupe budgétaire impacte directement sa capacité d’investissement. Il va néanmoins poursuivre la rénovation du métro avec comme objectif des augmentations de capacité aux heures de pointe. Pour ce faire, les tarifs des transports sont augmentés dès 2010, quel que soit l’usager ou le mode. Cela devrait rapporter à TfL 165 millions de livres. Campaign for Better Transport a estimé que les tarifs ferroviaires seront, à l’horizon 2015, 31 % plus élevés qu’actuellement.

Une flotte de 6 000 vélos à terme et des recettes directement encaissées par TfL

Seulement 2 % des transports quotidiens à Londres sont effectués à vélo. La nouvelle offre de vélos en libre service, lancée le 29 juillet 2010, vise à générer 40 000 trajets quotidiens supplémentaires. Au total, en un an, TfL a injecté 111 millions de livres pour les vélos, que ce soit pour créer son schéma cycliste, améliorer le stationnement et la circulation des vélos ou créer des bandes cyclables pour relier les quartiers périphériques au centre de la ville.

Les projets d’infrastructures de TfL

TfL maintient ses investissements en matière d’infrastructures. Objectif 1 : décongestionner les stations de métro les plus fréquentées. Objectif 2 : mieux desservir l'Est londonien et être prêt pour les J.O. 2012. Le réseau du Docklands Light Railway (DLR) est étendu pour notamment desservir 4 sites de compétition lors des J.O. La liaison Thameslink, équivalente du RER B, se modernise avec à terme 169 gares (au lieu de 50 actuellement). Le projet Crossrail , équivalent du RER A permettra la traversée est-ouest sur 118 km de la capitale. Enfin un projet de téléphérique pour franchir la Tamise d'ici les J.O. 2012 est avancé. La Mairie recherche à cet effet des financements privés à hauteur de 25 millions de livres.

Réaménagement de l’espace public et voirie à Londres

La capitale londonienne appréhende l'espace public à travers une série d'expériences inédites telles l'opération du nouveau carrefour d’Oxford Circus, ou encore l’opération sur Camden High Street tirée du concept de naked street, une rue épurée de toute signalisation qui permettrait à quarante autres sites de bénéficier du même traitement. De plus, le Grand Londres souhaitant devenir la capitale européenne des véhicules électriques, il est prévu d’implanter dès le printemps 2011 et jusqu’en 2013, 1 300 stations de recharge.

Ressources

Sur le ferroviaire où les tarifs sont déjà considérés comme les plus hauts d’Europe, la hausse est qualifiée de « not smart, not fair and not green » avec une hausse moyenne sur les tarifs réglementés de 5,8%.
Sur le ferroviaire où les tarifs sont déjà considérés comme les plus hauts d’Europe, la hausse est qualifiée de « not smart, not fair and not green » avec une hausse moyenne sur les tarifs réglementés de 5,8%.
© Lecroart (Paul), IAU îdF
La nouvelle offre de vélos en libre service a été lancée le 29 juillet 2010 dans le but de générer 40 000 trajets quotidiens en vélos supplémentaires. Source : www.tfl.gov.uk
La nouvelle offre de vélos en libre service a été lancée le 29 juillet 2010 dans le but de générer 40 000 trajets quotidiens en vélos supplémentaires.
© tfl.gov.uk
Le Grand Londres souhaite devenir la capitale européenne des véhicules électriques. Source : chrisjohnbeckett, www.flickr.com
Le Grand Londres souhaite devenir la capitale européenne des véhicules électriques.
© chrisjohnbeckett, www.flickr.com

Études apparentées